Un protocole d’accord pour l’intégration de l’égalité des sexes dans la gestion des risques de catastrophe
APS
SENEGAL-ENVIRONNEMENT-GENRE

Un protocole d’accord pour l’intégration de l’égalité des sexes dans la gestion des risques de catastrophe

Dakar, 16 sept (APS) - L’African Risk Capacité (ARC) et l’Entité des Nations Unies pour l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes (ONU Femmes) ont signé, jeudi, un protocole d’accord pour promouvoir l’intégration de l’égalité des sexes dans la gestion des risques de catastrophes.
 
Dans le cadre du protocole d’accord, signé par les chefs des deux institutions, "les parties s’engageront conjointement dans des activités de plaidoyer, de communication, de dialogue, de sensibilisation, de développement et de partage des connaissances ainsi que dans la mobilisation des ressources de haut niveau, en s’appuyant sur l’influence des deux agences pour obtenir un engagement politique plus fort en faveur du genre et de la gestion des risques de catastrophe au Sahel et dans d’autres pays africains", précise-ton dans le communiqué remis aux journalistes.
 
"L’impact des catastrophes naturelles ne touche pas tout le monde de la même manière et que l’adoption d’une approche inclusive et sensible au genre aidera à renforcer la résilience des communautés vulnérables pour une meilleure adaptation au climat’’, a déclaré le directeur général du groupe ARC, et Assistant-Secrétaire général des Nations Unies, Ibrahima Cheikh Diong. 
 
Selon lui, "les catastrophes sont neutres du point de vue du genre, mais les impacts ne sont pas les mêmes pour tous, c’est pourquoi l’inclusion de l’égalité des sexes est un domaine prioritaire et transversal dans notre action". 
 
"Nous pensons que le partenariat avec ONU Femmes sera mutuellement bénéfique pour atteindre notre objectif commun de sensibilisation aux perspectives de genre dans la GRC et d’amélioration des connaissances de nos États membres par la pleine utilisation des outils innovants que nous avons développés pour analyser les niveaux de vulnérabilité des femmes et des hommes à la suite de catastrophes naturelles", a ajouté M. Diong.
 
Oulimata Sarr, Directrice Régionale d’ONU Femmes pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre, a, de son côté, souligné "l’importance d’une approche commune pour la sensibilisation sur l’importance de l’égalité des sexes et l’autonomisation des populations vulnérables dans la région".
 
Dans cette optique, elle a signalé que "les catastrophes naturelles et autres types de crises touchent de manière disproportionnée les femmes et les filles et entraînent souvent des pertes de vies et de moyens de subsistance plus importants, ainsi qu’une spirale négative sexuée de vulnérabilité et de pauvreté, laissant les femmes et les filles disproportionnellement vulnérables aux futurs chocs et crises".
"Il sera crucial d’unir nos forces à celles de l’ARC pour faire en sorte que les décideurs au plus haut niveau soient bien informés lorsqu’ils planifient des réponses de GRC, et que les femmes et les filles soient au centre de leurs politiques", a-t-elle indiqué.
 
Le Représentant résident du système des Nations Unies au Sénégal, Siaka Coulibaly, s’est réjoui ’’du partenariat entre l’ONU Femme et ARC qui est un signe éloquent de notre partenariat avec le Sénégal’’.
 
Rappelant que les trois axes de leur coopération au Sénégal sont véritablement alignés avec les axes d’intervention de ce partenariat qui vient d’être scellé, il a souligné que, ’’la prévention de risque est un élément majeur dans la planification des politiques de développement’’. 
 
’’Dans ce sens-là, a-t-il ajouté, avec ce partenariat signé avec ARC, nous pourrons avoir une anticipation des risques et catastrophes qui pourraient de sauver véritablement des vies et contribuer à ne laisser personne de côté’’.


DS/OID/ASB