Un chercheur évoque les limites de la communication de persuasion
APS
SENEGAL-UNIVERSITE-RECHERCHES

Un chercheur évoque les limites de la communication de persuasion

Dakar, 30 avr (APS) - Le Dr en sciences de l’information et de la communication, Falilou Ba, a abordé lundi à Dakar les limites de la communication de persuasion dans les stratégies de changement de comportement.
 
"Les stratégies de communication de persuasion ont aujourd’hui montré leurs limites, en sens qu’elles permettent seulement de faire bouger les idées sur un fait, mais ne permettent pas souvent de prendre des actes", a-t-il notamment dit lors d’un entretien accordé à l’APS. 
 
Ainsi, a-t-il fait remarquer, avec la communication de persuasion, tout le monde est au courant maintenant des dangers liés à l’usage du tabac, les cancers du sein, la problématique des enfants mendiants. "Mais la question demeure inchangée", selon lui.
 
Cependant avec la communication dite "engageante", qu’il qualifie de novatrice, "le sujet sera amené à prendre un engagement sur un fait donné".
 
Cette forme de communication pour le changement de comportement, théorisée par l’américain Kurt Lewin (1890-1947), a le mérite "d’amener le sujet à prendre des engagements", souligne Dr Ba. 
 
"Avec des engagements pris, on a plus de chances de voir des actes suivre au discours, a-t-il insisté. 
 
"La sanction ou la persuasion ne peuvent pas donner de résultats escomptés si l’on n’a pas les moyens et la volonté de les appliquer", analyse cet enseignant chercheur à l’école supérieure d’économie appliquée (ex-ENEA). 
 
Dans cette perspective, il soutient avoir appliqué cette théorie à la problématique des enfants talibés, ajoutant toutefois que "cette stratégie de communication pour le changement de comportement reste applicable à toute forme de question sociale ou sociétale". 
 
Dr Falilou Ba est titulaire d’une thèse de doctorat en sciences de l’information et de la communication, soutenue en décembre 2018 à l’Université Aix Marseille (France). 
 
Sa thèse portant notamment sur les communications des organisations humanitaires autour des enfants talibés au Sénégal lui a valu le prix de la meilleure recherche sur l’enfant en 2019. 
 
Ce trophée lui a été décerné par le Carrefour national de l’action éducative en milieu ouvert (CNAEMO), un organisme qui s’occupe de la protection de l’enfance basé à Lyon, en France.


SMD/ASB/OID