Saint-Louis : Christophe Bigot a visité le chantier du centre de formation aux métiers du machinisme agricole de Diama
APS
SENEGAL-FRANCE-COOPERATION

Saint-Louis : Christophe Bigot a visité le chantier du centre de formation aux métiers du machinisme agricole de Diama

Saint-Louis, 6 oct (APS) - L’ambassadeur de France au Sénégal, Christophe Bigot, a visité jeudi le chantier de construction d’un centre de formation aux métiers du machinisme agricole, à Diama, dans le département de Saint-Louis (nord), a constaté l’APS.
 
L’Agence française de développement (AFD) est le principal bailleur de ce projet de construction dont le coût est estimé à 580, 7 millions de francs CFA, a-t-on indiqué.
 
Le centre de formation de Diama est une partie intégrante du Projet d’appui au renforcement de la qualification des ressources humaines par la formation professionnelle (PQRH).
 
Ce projet porte également sur l’érection d’une unité de formation professionnelle aux métiers de la maîtrise énergétique, d’un centre sectoriel de formation professionnelle aux métiers des poids lourds, de l’automobile, des deux roues et des moteurs hors-bord à Diamniadio.
 
Le centre de formation aux métiers du machinisme agricole devrait ouvrir ses portes après l’achèvement des travaux, à la fin de cette année, selon les responsables de l’Agence d’exécution des travaux d’intérêt public (AGETIP).
 
"Le projet est à un stade avancé. Les structures sont là. Les travaux continuent. Je comprends que d’ici à la fin de l’année, le bâtiment devrait être terminé et qu’à ce moment-là, les équipements seront présents, les enseignants seront là dès le mois de janvier", a dit l’ambassadeur de France à l’issue de la visite.
 
"Il y a un besoin d’avoir une agriculture moderne plus compétitive plus performante qui va permettre d’améliorer le niveau de vie des villageois, de la population rurale tout en permettant au Sénégal à la fois de nourrir sa population et aussi d’exporter", a-t-il souligné. 
 
S’adressant notamment à des journalistes, le diplomate français a insisté sur l’importance de la mise en œuvre de ce projet qui, à terme, devrait permettre au pays d’atteindre l’autosuffisance en riz et diversifier ses exportations.
 
 
AKS/BK