Réhabilitation du lycée Peytavin : le chantier visité par l’ambassadrice du Luxembourg
APS
SENEGAL-LUXEMBOURG-FORMATION-INFRASTRUCTURES

Réhabilitation du lycée Peytavin : le chantier visité par l’ambassadrice du Luxembourg

Saint-Louis, 2 nov (APS) - L’ambassadrice de Luxembourg au Sénégal, Nicole Bintner Bakhsian, a visité jeudi les chantiers de réhabilitation et de construction des bâtiments du lycée technique André Peytavin de Saint-Louis, des travaux financés à hauteur d’un milliard cent millions de francs CFA par la coopération luxembourgeoise, a constaté l’APS.
 
La réhabilitation entière de cet établissement vise à renforcer la formation professionnelle et technique dans ce lycée technique, en vue de permettre aux apprenants de se former davantage à des métiers pour leur insertion professionnelle, a expliqué la diplomate.
 
S’exprimant en présence de l’inspecteur d’académie (IA) de Saint-Louis, du proviseur du lycée, des enseignants et du représentant des parents d’élèves, elle a évoqué la perspective de l’ouverture d’autres filières mieux adaptées à l’offre d’emplois pour les jeunes. 
 
Dans cette perspective, Mme Bakhsian a plaidé pour une valorisation des métiers comme la menuiserie, l’électricité et l’informatique, pour répondre à la nécessité d’une meilleure qualification des jeunes.
 
Elle a loué la "coopération exemplaire" de plus de 30 ans entre le Sénégal et le Luxembourg, "essentiellement axée" sur la santé et la formation.
 
Le proviseur du lycée technique André Peytavin de Saint-Louis, Momar Amar, a annoncé que l’établissement sera réceptionné "très bientôt et sera un bijou au cœur" de la capitale du nord.
 
L’établissement jusque-là "dans un état de délabrement total", avec des problèmes de sécurité et d’hygiène, comprendra, une fois réhabilité, des bâtiments pour des salles de cours, un bâtiment administratif, des toilettes et une grande esplanade, a-t-il souligné.
 
Il comptera aussi des ateliers de fabrication mécanique dotés de matériels et d’équipements indiqué, si l’on en croit M. Amar.
 
Selon lui, la coopération luxembourgeoise a également aidé à la mise en place, au sein de l’établissement, d’une cellule dotée d’un fonds pour financer l’insertion des jeunes.
 
BD/BK