Les universités invitées à former des techniciens pour la gestion du patrimoine
APS
SENEGAL-UNIVERSITES

Les universités invitées à former des techniciens pour la gestion du patrimoine

Dakar, 22 juin (APS) –L’historien Moustapha Sall a invité, jeudi à Dakar les universités sénégalaises à orienter leur enseignement vers la formation de "vrais" techniciens pour une meilleure documentation et conservation des mémoires et sites archéologiques.
 
"Il nous faut revaloriser la culture et le patrimoine et pour cela, il faut le documenter et c’est aux universités de jouer ce rôle. Il faut orienter l’enseignement vers la formation de vrai agents pour une conservation des mémoires et sites archéologiques’", a dit M.Sall, maître de conférence au département d’Histoire de la Faculté des lettres et sciences humaines de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (UCAD).
 
Il introduisait le thème "Culture et développement : quel rôle pour les universités" lors de l’atelier de lancement du projet d’appui universitaire, valorisation du patrimoine culturel, éducation à la citoyenneté au Sénégal.
 
Un projet financé en fonds de dépôt par l’Agence italienne de coopération internationale pour le développement et mis en œuvre par l’UNESCO en partenariat avec le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar et l’Université Gaston Berger de Saint-Louis.
 
L’historien a rappelé que le Sénégal possède plus de 10 000 sites archéologiques et historiques, 6000 tumulus, un patrimoine culturel autochtone et d’une diversité culturelle extraordinaire.
 
Le Sénégal est "immensément riche, mais toutes ces richesses sont mal documentées et sous exploitées et moins de 20 sites ont fait l’objet de recherche. Ce qui risque d’entraîner la disparition des sites (…)", a déploré M. Sall.
 
"Une meilleure gestion du patrimoine peut permettre au Sénégal de faire la promotion de son tourisme et créer plus de 5000 emplois", a-t-il dit, invitant les politiques culturelles et les collectivités locales à s’impliquer.
 
Dans cette perspective, le directeur du bureau régional de l’UNESCO à Dakar, Gwang-Chol Chang a fait savoir que ce projet va répondre aux besoins exprimés par le secteur de l’éducation, la formation et le de développement de l’Enseignent supérieur et de la Recherche.
 
Selon M. Chang, il va ‘’contribuer au renforcement des capacités des universités du Sénégal dans la formation des étudiants aux métiers du patrimoine, la formation des enseignants-chercheurs à la pédagogie’’.
 
Il va permettre, poursuit-il, l’enseignement de la langue italienne et l’amplification des activités de formation et sensibilisation de la communauté universitaire sur les questions de citoyenneté, de paix, de genre et diversité culturelle.
 
Le projet contribuera au renforcement de la coopération interuniversitaire entre les Universités du Sénégal et leurs consœurs italiennes, a-t-il fait savoir.

SK/ASB