Les cadres de la Croix-Rouge outillés pour affronter les situations d’urgence
APS
SENEGAL-HUMANITAIRE

Les cadres de la Croix-Rouge outillés pour affronter les situations d’urgence

Mbour, 1er mars (APS) - La ville de Mbour abrite depuis ce mercredi un atelier de formation de trois jours sur la problématique de réponse aux mouvements de populations dans les situations d’urgence, annonce un communiqué reçu à l’APS.

Vingt-quatre secrétaires généraux, présidents de comités départementaux et cadres de la Croix-Rouge sénégalaise prennent part à cet atelier de formation. 

A l’initiative de la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR), cette formation vise à accompagner le renforcement des capacités opérationnelles de la Croix-Rouge, à travers ses "fonds de réponse d’urgence aux catastrophes’’ (DREF).

Ouverte au siège du comité départemental de la Croix-Rouge de Mbour (ouest), elle vise aussi à "développer les mécanismes d’intervention rapides et efficaces des comités Croix-Rouge face aux déplacements massifs des populations’’, a expliqué Bassirou Seck, premier vice-président de la Croix-Rouge sénégalaise.

Elle regroupe des partipants de dix départements du pays fortement affectés par l’afflux considérable des déplacés de la crise post-électorale en Gambie, notamment Foundiougne, Nioro du Rip, Kaolack, Kolda, Vélingara, Médina Yoro Foulah, Tambacounda, Koumpentoum, Kaffrine et Koungheul.

"Ces cadres régionaux et nationaux seront outillés sur les mécanismes d’assistance humanitaire, de promotion de l’hygiène, d’assainissement, de traitement et de stockage de l’eau, de communication de crise, de gestion de l’information et de coordination des situations de catastrophes aux côtés des pouvoirs publics’’, a ajouté M. Seck.


La Croix-Rouge sénégalaise exécute un plan d’action de réponse aux besoins alimentaires de 800 familles d’accueil à assister à raison de 25 000 F CFA par famille et de transport de 220 familles déplacées prêtes à retourner la semaine prochaine dans leur pays d’origine.

Elle avait réalisé une enquête d’évaluation auprès des autorités, des familles d’accueil et des déplacés gambiens dans les régions de Fatick, Kaolack, Kaffrine, Tambacounda et Kolda. Celle-ci a permis d’identifier les besoins réels des familles d’accueil et ceux des populations déplacées qui comptent regagner leur pays.

Ce plan d’action a permis à l’organisation humanitaire de transporter 474 déplacées, dont 350 de Sokone à Amdallaï et 124 de Médina Yoro Foulah à Bansangen Gambie, en janvier dernier.

Se basant sur des information du Haut-Commissariat pour les réfugiés (HCR), la Croix-Rouge rappelle que cette crise post-électorale a occasionné le déplacement massif de plus de 70 000 réfugiées gambiens, mauritaniens, guinéens, maliens, sierras léonais, ghanéens et ivoiriens au Sénégal.

ADE/ASG