Golfe de Guinée : lancement de l’Ecole ’’Recherche et sauvetage en mer’’
APS
AFRIQUE-MER-SECURITE

Golfe de Guinée : lancement de l’Ecole ’’Recherche et sauvetage en mer’’

Dakar, 5 juin (APS) - L’Institut de sécurité maritime interrégional (ISMI) de l’Académie régionale des sciences et techniques de la Mer (ARSTM) d’Abidjan va lancer, lundi, l’Ecole ’’Recherche et sauvetage en mer’’ pour ’’renforcer le système global de recherche et de sauvetage maritimes’’ dans le golfe de Guinée, a appris l’APS.
 
Ce lancement est prévu à l’occasion d’un séminaire de formation sur la recherche et le sauvetage en mer du 07 au 11 juin 2021 à l’Académie régionale des sciences et techniques de la mer (ARSTM-Yopougon, Niangon), indique t-on dans un communiqué.
 
Selon la même source, ’’trente-quatre auditeurs provenant de 17 pays du golfe de Guinée sont attendus, opérateurs des MRCC, des centres des opérations maritimes et des centres de l’architecture de Yaoundé, personnels navigants des marines militaires et garde-côtes’’. 
 
Elle précise que ’’cette formation mettra l’accent sur la pratique pour permettre aux participants de coordonner efficacement les secours en mer’’.
 
Ce séminaire de formation marquera également l’ouverture de l’Ecole ’’Recherche et sauvetage en mer’’ qui ’’vise à renforcer le système global de recherche et de sauvetage maritimes dans le golfe de Guinée par l’organisation de sessions de formation et exercices pratiques répondant aux critères de l’Organisation maritime internationale (OMI)’’.
 
Selon le communiqué, ’’l’ISMI bénéficie de l’appui institutionnel de l’Autorité en charge de l’Action de l’Etat en Mer en Côte d’Ivoire, de la Coopération française, de la Coopération japonaise et du partenariat pédagogique de l’Ecole Nationale de Sécurité et d’Administration de la Mer (ENSAM) – école française des affaires maritimes’’.
 
’’Le golfe de Guinée présente de forts enjeux en matière de sécurité maritime. C’est un carrefour maritime parmi les plus fréquentés au monde’’, souligne le document, rappelant que ’’la navigation de commerce, les activités off-shore ou la pêche industrielle et artisanale sont des activités à risque, et le traitement des détresses en mer doit pouvoir trouver des réponses appropriées de la part des Etats côtiers’’.
 
DS/OID