Vers l’utilisation d’un référentiel de compétences harmonisé dans les programmes d’alphabétisation
APS
SENEGAL-EDUCATION

Vers l’utilisation d’un référentiel de compétences harmonisé dans les programmes d’alphabétisation

Dakar, 2 mai (APS) - La 2ème phase de la Recherche action sur la mesure des apprentissages des bénéficiaires des programmes d’alphabétisation (2015-2020) va permettre l’institutionnalisation de l’utilisation d’un référentiel de compétences harmonisé, a annoncé la directrice de l’Alphabétisation et des Langues nationales (DALN), Ndèye Nam Diouf.

 
 
"C’est un moment de consolidation et d’élargissement des acquis de la 1ère phase (2010-2014) qui commencent à impacter positivement la qualité des programmes en termes de renforcement des capacités nationales", a-t-elle souligné, mercredi à Dakar, lors de l’ouverture de l’atelier technique sur le développement des outils de mesure.
 
Il s’agit ainsi de procéder à un bilan sur le partage et l’appropriation nationale du référentiel des compétences harmonisées avec les représentants des 12 pays francophones de la région Afrique, parties prenantes de l’initiative, a-t-elle expliqué.
 
Ainsi la recherche action sur la mesure des apprentissages ou RAMAA se positionne comme un instrument d’impulsion de la dynamique d’amélioration de la qualité des programmes d’alphabétisation dans les pays du Sud, selon Ndèye Nam Diouf.
 
"En menant avec succès la 1ère phase de la recherche, le Sénégal a capitalisé d’importants acquis qui commencent à impacter positivement la qualité des programmes d’alphabétisation" a-t-elle dit.
 
Venu dans le cadre des travaux de l’atelier, le directeur de l’Institut de l’Unesco pour l’apprentissage tout au long de la vie (UIL en anglais) David Atchoarena a relevé que la RAMAA vise à développer un cadre d’évaluation des acquis des participants des programmes d’alphabétisation dans 12 pays francophones de la région Afrique. 
 
"Cela est important pour être en mesure d’améliorer l’efficacité et la qualité des programmes d’alphabétisation et d’éducation des adultes", a-t-il fait valoir. 
 
"C’est une dynamique d’échanges pour les 12 pays parties prenantes de l’initiative et l’UIL apporte un appui méthodologique pour la construction des programmes d’évaluation dans ces pays", a-t-il ajouté. 
 
Le premier enjeu pour la baisse du taux d’analphabétisme élevé dans certains pays, a ajouté Atcoarena "c’est l’amélioration des systèmes éducatifs, la réduction des disparités et des exclusions scolaires et le développement de dispositifs pour offrir une seconde chance aux jeunes exclus de l’école ou qui n’ont pas eu la chance d’y accéder très tôt".
 
La RAMAA est ainsi un programme à la fois d’assistance technique, de renforcement de capacités et d’échanges entre les 12 pays de la région pour mettre en place des programmes d’éducation non formelle des adultes. 
 
 
 

ADL/PON