Vers des principes directeurs contre
APS
SENEGAL-EDUCATION

Vers des principes directeurs contre "la marchandisation’’ du secteur

Dakar, 26 oct (APS) - La communauté francophone compte travailler, au profit des organisations nationales, sur des principes directeurs pour la finalisation d’un document de plaidoyer en faveur d’une école publique gratuite et de qualité pour tous, parallèlement à une régulation et un encadrement des écoles privées. 
 
Au terme jeudi d’une conférence de 4 jours, qui se tenait à Dakar et dont l’ambition était de trouver des réponses spécifiques à "la marchandisation et la privatisation" de l’éducation, près de 80 personnalités et structures venus de 26 pays de l’espace francophone ont fait part de leur volonté de s’inscrire dans cette perspective.
 
Dans leurs résolutions, les participants ont retenu de finaliser un texte intégrant "toutes les contributions et les renvoyer à toutes les organisations qui ont pris part à la rencontre", a souligné le rapporteur de la rencontre Sylvain Aubry, membre de Initiative mondiale pour les droits économiques sociaux et culturels.
 
Ils veulent de cette manière arriver à valider des principes directeurs s’appuyant sur les droits de l’Homme pour "maintenir le plaidoyer et faire en sorte que la régulation des écoles publiques puisse être effective avec l’option d’un système public consolidé".
 
Ces principes directeurs devraient permettre aux organisations engagées dans ce réseau contre la marchandisation de l’éducation d’engager "des consultations nationales dans leur pays pour porter le plaidoyer d’une école publique gratuite et de qualité pour tous".
 
"On n’est pas contre la privatisation mais on est pour des conditions d’encadrement spécifiques et une régulation effective", a précisé le rapporteur.
 
Début 2018, a-t-il annoncé, "une consultation en ligne sera ouverte de manière plus large avec en même temps un travail d’expertise sur des aspects plus techniques pour déboucher sur une conférence d’adoption des textes". 
 
"On prend le temps de parler à tout le monde. Toutefois, le travail sur la stratégie de mise en œuvre va commencer avant l’adoption des textes", a précisé M. Aubry.
 
Mais déjà, avant l’adoption des principes directeurs, la rencontre a jugé important déjà de "renforcer les coalitions nationales pour que le moment venu, le rapport de forces penche du côté de la défense de l’éducation publique", a-t-il souligné.
 
Il s’agit également de "travailler à disposer davantage de données dans l’espace francophone pour avoir des évidences pour mener un plaidoyer éclairé", a poursuivi M. Aubry. 
 
Parmi les résolutions, les participants ont convenu de "voir la manière de mieux structurer le réseau de coalitions et d’organisations qui viennent de tous les pays francophones pour maintenir le mouvement en termes de communication interne".
 
Par le biais de la communication externe, "le réseau va chercher également à voir comment travailler avec les décideurs, les organismes internationaux pour les influencer afin de leur faire comprendre que l’école n’est pas une marchandise", a relevé le coordonnateur de la Coalition des organisations en synergie pour la défense de l’éducation publique (COSYDEP), Cheikh Mbow.
 
Il vise ainsi la création d’alliances "fortes autour de cette pyramide liée à la non privatisation de l’école", a indiqué M. Mbow.
 

ADL/BK