Un universitaire relève les limites de la politique de lutte contre la drogue
APS
SENEGAL-DROGUES

Un universitaire relève les limites de la politique de lutte contre la drogue

Saint-Louis, 2 déc. (APS) - La récurrence des saisies la drogue au Sénégal est assez révélatrice de l’échec de la politique internationale de lutte contre ce fléau, a souligné Mbissane Ngom, directeur de l’UFR sciences juridiques et politiques (SJP) de l’Université Gaston Berger (UGB) de Saint-Louis.

’La prolifération de l’arrivée de la drogue au Sénégal, est assez révélatrice de l’échec de la lutte au niveau international, malgré les efforts du Sénégal, avec les nombreuses saisies de drogue’’, a-t-il dit à l’ouverture de la 3éme édition du Cours ouest africain sur le thème : ‘’Les Droits humains et les politiques de drogue en Afrique de l’Ouest francophone’’ qui se tient à l’UGB du 2 au 6 décembre.

Ce Cours, selon lui, permet d’avoir un cadre d’échanges et de discussions sur la question de la lutte contre la drogue et particulièrement ‘’la prise en charge des usages de la drogue’’.

Au Sénégal, souligne-t-il, les différentes législations regorgent un dispositif de ‘’répression assez poussé des consommateurs de drogue’’. Mais, relève-t-il, ‘’cela ne suffit. Il faut être ferme pour les trafiquants de drogue, pour essayer de régler la problématique de la drogue, avec l’implication de tous’’.
 
Selon lui, les experts, les universitaires, les commissaires de police, les magistrats et acteurs qui militent dans la lutte de l’usage de drogue, venus des différents pays d’Afrique, ont trouvé que ‘’la répression a montré ses limites’’. Il faut aujourd’hui voir d’autres ‘’alternatives’’ à la répression notamment.

BD/OID