Un projet pour améliorer l’accès aux services de développement de la petite enfance
APS
SENEGAL-SOCIETE

Un projet pour améliorer l’accès aux services de développement de la petite enfance

Louga, 1er oct (APS) – Un projet d’éducation de la petite enfance mis en œuvre par l’Etat du Sénégal vise à ‘’améliorer’’ l’accès aux services de développement de cette couche sociale et à faire passer le taux brut de préscolarisation de 17,5% en 2019 à 64,6% en 2030, a déclaré, jeudi à Louga (nord), la directrice générale de l’Agence nationale de case des tout-petits (ANCTP), Thérèse Faye Diouf.
 
Le projet est financé avec 2 milliards 874 millions 272 mille francs CFA de l’Agence coréenne de coopération internationale (KOICA). Il est mis en œuvre dans les départements de Dagana (nord) et Louga, dans le but d’‘’améliorer l’accès aux services de développement de la petite enfance, la qualité des interventions et la gouvernance des structures de développement intégré de la petite enfance’’, a précisé Mme Diouf.
 
Elle intervenait à une rencontre avec les autorités administratives de la région de Louga, à l’occasion du lancement du projet ‘’Développement de la petite enfance au Sénégal’’, d’une durée de quatre ans.
 
Thèrèse Faye Diouf annonce que le projet va permettre de construire et d’équiper huit cases des tout-petits réparties de manière égale entre Louga et Dagana. 
 
Elle ajoute que ‘’des plateformes communautaires de prise en charge des tout-petits seront mises en place avec les collectivités territoriales’’. ‘’Plus de 300 structures de développement intégré de la petite enfance dans les régions de Louga et Saint-Louis seront équipées. Un programme d’éveil et de stimulation précoces sera mis en place’’, a-t-elle promis, rappelant que les acteurs seront formés.
 
Selon la directrice générale de l’ANCTP, l’Etat du Sénégal ‘’a fait de gros efforts pour développer la petite enfance depuis les années 2000’’, ce qui a permis de porter le taux brut de préscolarisation de 2,7 % en 2002 à 17,5% en 2019. L’Etat, a indiqué Mme Diouf, a l’ambition de porter ce taux à 64,6% d’ici à 2030. 
 
Elle a invité les parties concernées à l’exécution du projet à avoir une approche ‘’inclusive et participative’’, pour d’atteindre les objectifs fixés. 
 
Thérèse Faye Diouf a par ailleurs annoncé que la KOICA a octroyé un financement complémentaire destiné à l’acquisition de kits d’hygiène, pour la lutte contre le Covid-19 et une meilleure reprise des activités dès la rentrée prochaine.
 
Les kits sont composés ‘’de 574 dispositifs de lavage des mains, de 1.548 cartons de savon, de 1.548 caisses d’eau de Javel, de 5.166 masques et de 6.888 flacons de gel hydroalcoolique’’.
 
Selon la représentante de l’Unicef au Sénégal, Silvia Danailov, l’initiative va permettre de faire passer le taux brut national de préscolarisation de 17,8% à 37,5%, soit un bond de presque 20 points.
 
‘’Le projet ambitionne de faciliter au niveau national, comme dans les deux régions ciblées, Louga et Saint-Louis, le dialogue multisectoriel de planification, de mise en œuvre, de coordination et de plaidoyer en faveur de la petite enfance’’, a-t-elle dit lors de la réunion.
 
Elle précise que le projet ‘’vise à toucher au moins 40.000 bénéficiaires, dans les deux régions, des enfants d’âge préscolaire pour la plupart, mais également les parents, les éducateurs et les administrateurs’’.


SK/ASG/ESF