Un plan d’accélération de la scolarisation à Kaffrine pour 2016-2020
APS
SENEGAL-EDUCATION

Un plan d’accélération de la scolarisation à Kaffrine pour 2016-2020

Kaffrine, 30 sept (APS) – L’inspection d’académie (IA) de Kaffrine (centre) a lancé vendredi un "plan d’accélération" de la scolarisation, d’un coût de 12 milliards de francs CFA, à mettre en œuvre pour la période 2016-2020, a constaté l’APS.
 
"Le coût de ce plan d’accélération de la scolarisation est d’environ 12 milliards de francs CFA. Le plan va s’étaler de 2016 à 2020, dans le but de rattraper le retard de la région de Kaffrine concernant l’accès des enfants à l’école", a précisé l’inspecteur d’académie de Kaffrine, Maba Bâ.
 
"Kaffrine fait partie des cinq régions du pays qui ont les taux bruts de scolarisation les plus faibles", a dit M. Bâ à des journalistes, en marge d’un forum de lancement du Plan d’accélération de la scolarisation dans l’académie de Kaffrine (PASAK).
 
Des élus locaux, des chefs d’établissements scolaires, des inspecteurs de l’éducation et de la formation, des parents d’élèves et des chefs religieux ont pris part au forum.
 
En 2015, le taux brut de scolarisation s’élevait à 86,6% au niveau national, mais la région de Kaffrine en était "seulement" à 50,8%, a rappelé Maba Bâ.
 
"Concernant l’accès équitable des enfants à l’école, nous avons des difficultés. Conformément aux orientations du ministère de l’Education nationale, l’académie de Kaffrine développe depuis quelques années des stratégies pour améliorer considérablement ses taux d’accès à l’école", a-t-il souligné.
 
Les activités agro-pastorales, qui attirent de nombreux enfants en âge d’aller à l’école, "influent négativement sur le taux d’accès" à l’école, a expliqué M. Bâ, assurant que le PASAK "intéresse déjà des bailleurs", dont la Banque mondiale.
 
"La religion musulmane exerce une forte pression sur le système éducatif, qui devra proposer des modèles alternatifs conformes à la demande", a poursuivi l’inspecteur d’académie de Kaffrine, concernant les causes du retard de la région en matière de scolarisation des enfants.

MNF/ESF