Un officiel salue la réaffirmation des inspecteurs au rayonnement de l’école sénégalaise
APS
SENEGAL-EDUCATION-SOCIAL

Un officiel salue la réaffirmation des inspecteurs au rayonnement de l’école sénégalaise

Dakar, 24 sept (APS) – La directrice de l’Enseignement élémentaire, Khady Diop Mbodj a salué, samedi à Dakar, la réaffirmation de la volonté des inspecteurs de l’enseignement du Sénégal d’œuvrer "comme une force de proposition et de contribution pour le rayonnement de l’école sénégalaise".

 
"Vous êtes un allié de premier plan du ministère de l’Education nationale [...]" a-t-elle dit à leur endroit, en ouvrant les travaux du 2-ème congrès ordinaire du Syndicat des inspectrices et inspecteurs de l’éducation du Sénégal (SIENS).
 
Selon elle, le thème de ce congrès : "Quel syndicalisme pour le corps des inspecteurs de l’enseignement" témoigne d’un engagement soutenu en faveur de la mobilisation et de l’implication des inspecteurs de l’éducation pour le rayonnement de l’école.
 
"L’invitation de la tutelle à ce congrès est une preuve manifeste de la volonté de votre syndicat d’opter pour l’ouverture et la concertation dans la résolution des problèmes liés à la qualité de l’éducation et d’aboutir aux réponses les plus adéquates pour notre école" a-t-elle soutenu.

A l’en croire, "c’est un congrès symbolique qui se situe dans un contexte marqué par la mise en œuvre effective du Plan Sénégal Emergent (PSE) qui met le focus, entre autre, sur le capital humain".
 
"Mais aussi, par la mise en œuvre des directives et décisions présidentiel issues des assisses de l’éducation, de la formation, la mise à jour du paquet et le bouillonnement d’initiatives favorables à l’amélioration de la qualité de l’éducation" a fait noter Mme Mbodj.
 
"En votre qualité de corps d’élite, a-t-elle encore dit, ce congrès, dont le résultat des travaux est très attendus par la tutelle, s’inscrit dans la dynamique de consolidation des acquis en terme d’organisation et d’accroissement de l’efficacité du travail de l’inspecteur".
 
Mais, pour le secrétaire général du SIENS, Samba Diakhaté, ce 2-ème congrès ordinaire se tient dans un contexte peu reluisant pour les travailleurs et surtout, pour ceux évoluant dans le domaine de l’éducation.
 
Car d’après lui, les agents du secteur de l’éducation sont les grands oubliés de la fonction publique, parce que, a-t-il confié, "au-delà de l’armature textuelle et réglementaire, les nombreux dysfonctionnements et dérives dans l’attribution d’indemnités les installent dans la catégorie de parents pauvres du système".
 
"Ils ne sont pas ne sont pas épargnés par un vent de précarisation et cela est un état de fait qui s’illustre particulièrement par des dysfonctionnements et inégalités du point de vue du traitement salarial et du régime indemnitaire" a-t-il dit.
 
A son avis, cela est symptomatique d’un système de rémunération inéquitable ayant forcément de sérieuse répercussion sur la qualité de prestation du service public.
 
Il a soutenu qu’une étude sur le système de rémunération dans l’administration sénégalaise indique que la prolifération des primes et indemnités, aussi bien en valeur absolue, qu’à travers l’accroissement de la valeur du point indice a conduit à une forte progression de la masse salariale au cours de ces 15 dernières années.
 
"Cette une situation qui génère tension et frustration, en installant le lit de perturbation chronique préjudiciable à la mise en place de condition de performance" a-t-il déploré.
 
Il a souligné qu’en plus de cela, les politiques publiques sont souvent orientées vers une sur-priorisation de la fonction politique au détriment de celle dite éthique.
 
’’D’autant plus que le rôle déterminant de la formation et de l’éducation comme levier essentiel du développement fait l’objet de consensus au niveau de la communauté internationale’’ décrit à nouveau le SG sortant du SIENS.
 


LTF/PON