Thiès obtient 29 % de réussite au 1-er tour du bac
APS
SENEGAL-BACCALAUREAT-RESULTATS

Thiès obtient 29 % de réussite au 1-er tour du bac

Thiès, 11 sept (APS) - L’Inspection d’académie de Thiès a enregistré un taux de réussite au premier groupe du baccalauréat de 29 %, selon le bureau des examens et concours de ladite institution.

‘’A l’IA de Thiès, nous avons un taux de réussite de 29%’’ au premier groupe, a indiqué à l’APS, Samba Laobé Ndiaye, responsable du bureau des examens et concours. Il s’agit de 6.445 candidats qui ont été reçus d’office, pour 8.458 admissibles.

Ces résultats incluent ceux du baccalauréat technique, avec 56 admis d’office, pour 48 admissibles. Soit un taux de réussite de 34% pour 158 candidats ayant composé. 

La région de Thiès compte 26.248 candidats inscrits.

L’année dernière, l’inspection était ’’dans les alentours de 15%’’ au 1-er tour, a noté Pape Baba Diassé, concluant ainsi que ‘’les résultats seront meilleurs que l’année dernière’’.

L’inspecteur d’académie explique cet écart par rapport aux résultats du premier groupe de 2019, par le fait que ‘’les élèves ont été autonomisés à travers l’enseignement en ligne’’.

‘’Les élèves ont plus appris qu’avant’’, a-t-il dit, notant que contrairement aux années passées où l’accent était mis sur l’ enseignement, la présence du professeur, le système a insisté, cette année, sur l’élève et ses apprentissages lui-même’’. Il a évoqué la multiplication des supports d’enseignement.

L’élève peut réécouter ses cours enregistrés en ligne, alors qu’en l’absence du professeur, il perdait le cours et devait se contenter de recopier.

Pour lui, ‘’tout cet arsenal’’ favorisé par la situation de Covid, a permis aux élèves de ‘’se déployer à fond pour arriver à ces résultats’’.  

‘’Il appartient aux techniciens de l’éducation d’exploiter cette plus-value pour qu’on puisse maintenant, dans les années à venir, même si les professeurs sont présents, de l’exploiter à fond’’.

L’enseignement virtuel, on ne peut plus s’en passer’’, a-t-il estimé, évoquant à titre d’exemple, le cas de l’Université virtuelle du Sénégal (UVS) qui a bouclé ses deux semestres, contrairement aux autres universités du pays.

‘’Il appartient à l’Etat - et je sais qu’il y est – de déployer les moyens pour que le numérique aille le plus loin possible, pour que tous les enfants puissent en bénéficier’’, estime-t-il.

Il pense qu’au-delà de l’éducation, le pays est ‘’condamné’’ à ‘’exploiter le numérique à fond dans tous les domaines’’.


ADI/AKS