Séminaire de Ngazobil : le directeur expose les difficultés de son établissement
APS
SENEGAL-EDUCATION

Séminaire de Ngazobil : le directeur expose les difficultés de son établissement

Ngazobil (Mbour), 26 avr (APS) – Le directeur du petit séminaire de Ngazobil, Abbé Etienne Sène, a fait part au ministre de l’Education nationale, Serigne Mbaye Thiam, les difficultés auxquelles est confronté cet établissement qui forment de futurs prêtres.
 
"Nous rencontrons beaucoup de difficultés par rapport au matériel pédagogique, à la cantine scolaire pour les 122 adolescents et jeunes que nous prenons en charge durant toute la durée de l’année scolaire. Avant, nous avions l’appui de CARITAS, du secours catholique et du Programme alimentaire mondial (PAM) qui nous soutenaient beaucoup", a regretté Abbé Sène.
 
Les tables-bancs qui sont utilisées dans ce séminaire sont vétustes et demandent à être renouvelées, parce que datant des années soixante, a-t-il fait savoir jeudi au cours d’une visite que le ministre de l’Education nationale, Serigne Mbaye Thiam a effectuée dans cet établissement situé dans le département de Mbour (ouest). 
 
"Nos ressources proviennent de la scolarité que nous demandons aux séminaristes, soit 15 000 CFA par mois, que certains ont même du mal à recouvrer, des recettes du verger et de l’élevage et d’éventuels dons en nature ou en espèces", a-t-il renseigné.
 
"Ici, les élèves sont en internat et ne rentrent en famille que pour les vacances de Noël, de Pâques et de fin d’année scolaire. C’est pourquoi les dons en nature sont toujours les bienvenus pour la prise en charge de ces adolescents. Car, pour satisfaire les besoins en riz, par exemple, il leur faut une tonne par mois, a dit Abbé Sène.
 
Le directeur du petit séminaire de Ngazobil, qui dépend de l’Archidiocèse de Dakar, a signalé que c’est la première fois qu’un ministre de l’Education nationale, dans le cadre de sa mission, foule le sol de Ngazobil pour rendre visite aux adolescents et jeunes sénégalais qui y sont formés en vue du sacerdoce au service de l’Eglise et de la société.
 
"Ici, nous formons des adolescents qui expriment le désir de devenir prêtres plus tard. Nous donnons une formation intégrale, du point de vue spirituelle, intellectuelle, disciplinaire et vie communautaire", a-t-il expliqué.

Il a ajouté que pour l’année scolaire 2017-2018, l’effectif des séminaristes est de 122 jeunes répartis dans les quatre classes du cycle, dont 45 en 6e, 32 en 5e, 29 en 4e et 16 en 3e.
 
"Les matières enseignées sont celles que propose le ministère de l’Education nationale dans les établissements scolaires du pays. Mais, nous mettons un accent particulier sur les lettres classiques : le grec et le latin dès la classe de 6e", a expliqué Abbé Sène, précisant que chaque année, l’école bat le record des 100% de réussite, répondant ainsi aux objectifs de l’Education nationale qui prône la qualité et l’excellence.
 
"Il est urgent pour nous, aujourd’hui, de construire un nouveau château d’eau. L’actuel qui a fait son temps, a été construit en 1961 et menace de s’écrouler d’un moment à l’autre. Un autre problème est que depuis la fin de l’hivernage, le taux de sel de l’eau du forage a fortement augmenté. Nous craignons même pour l’arrosage des arbres fruitiers", a-t-il alerté.
 
"Nous avons un projet d’électrification solaire pour diminuer les factures d’électricité et palier les fréquentes coupures qui menacent la sécurité des enfants la nuit. Nous enregistrons beaucoup de coupures d’électricité et c’est un poids pour les responsables que nous sommes de voir les enfants utiliser des bougies ou des lampes torches pour étudier quand le courant coupe la nuit", a-t-il dit.

ADE/ASB/OID