Saint-Louis : plaidoyer pour la déclaration à l’état-civil
APS
SENEGAL-SOCIETE

Saint-Louis : plaidoyer pour la déclaration à l’état-civil

Saint-Louis, 19 mai (APS) - La présidente du Comité régional des enseignantes pour la promotion de la scolarisation des filles (CREPSCOFI) de Saint-Louis a plaidé, samedi, pour la déclaration à l’état-civil dés la naissance.

Marième Diagne s’exprimait lors de la journée de sensibilisation sur l’importance de l’état-civil, sous l’égide du Comité régional des enseignantes pour la promotion de la scolarisation des filles (CREPSCOFI).

Les parents et la communauté doivent être sensibilisés pour les pousser à ’’déclarer les enfants dès la naissance’’, a t-elle dit, relevant que ’’très souvent, on voit des élèves jusqu’en classe de CM2 qui n’ont pas de pièce d’état-civil’’.
 
La CREPSCOFI est une ’’structure partenaire’’ du ministère de l’Education nationale qui participe à la mise en œuvre des politiques éducatives, a t-elle souligné. 
 
’’Nous nous sommes engagées pour appuyer et accompagner les efforts de l’Etat pour changer cette situation afin que d’ici 2022, on ne voit plus d’enfant qui n’a pas sa pièce d’état-civil dans la région de Saint-Louis’’, a t-elle souligné.  
 
Elle a déploré la situation qui prévaut dans la commune de Ross-Bethio où ’’on note un nombre assez élevé d’enfants qui n’ont pas de pièces d’état-civil’’. Elle a aussi cité le département de Dagana.
 
Parlant de Ross-Béthio, Alioune Mbaye, Vice-président du Comité de protection des enfants, a fait état d’une ’’’situation alarmante’’.

’’En 2017, le recensement mené démontre que sur les 4 482 enfants âgés de 0 à 18 ans, plus de 2482 enfants n’ont pas d’extraits de naissance. Ce qui fait que plusieurs élèves se retrouvent dans l’impossibilité de passer le concours d’entrée en sixième’’, a t-il expliqué.
 
Présent à la conférence, le maire de la commune de Ross-Bethio, Amadou Becaye Diop, a jugé nécessaire de ’’mettre en place un état-civil mobile dans les quartiers pour ne plus voir un enfant non déclaré dès sa naissance’’. 
 
Il a invité les parents à ’’s’engager pour mettre fin à cette situation qui pénalise plusieurs enfants, victimes de la non-déclaration’’ à la naissance.
 
Les maires sont parfois interpellés pour ces manquements alors qu’il faut voir ’’la situation globalement, afin que les parents, les guides religieux et les populations s’engagent pour prendre définitivement cette question en charge’’, a dit le maire Diop.
 
BD/OID