La Cosydep réclame un bilan de la reprise des cours, avant la rentrée des classes
APS
SENEGAL-EDUCATION

La Cosydep réclame un bilan de la reprise des cours, avant la rentrée des classes

Dakar, 17 août (APS) - La Cosydep juge ‘’indispensable d’établir un bilan objectif, exhaustif et inclusif’’ de la reprise des cours interrompus à cause de la pandémie de Covid-19, avant la rentrée scolaire 2020-2021.

Dans un communiqué, la Cosydep, la Coalition des organisations en synergie pour la défense de l’éducation publique, exhorte l’Etat à ‘’apprécier la portée et le taux de couverture des multiples offres d’accompagnement des apprenants, mais aussi l’évaluation de la mise en œuvre des protocoles sanitaire et pédagogique’’. 
 
‘’Ce bilan devra être l’occasion de confirmer la disponibilité des sortants des centres de formation dès la prochaine rentrée’’ et de ‘’s’engager à mieux soutenir le financement de l’offre publique d’éducation’’, souligne-t-elle.
 
La Cosydep ajoute que les autorités gouvernementales doivent ‘’anticiper les difficultés qui pourraient perturber la prochaine année scolaire, par la reprise du monitoring des accords avec les organisations d’enseignants et la révision du calendrier scolaire’’. 

Elle appelle le ministère de l’Education nationale et les syndicats d’enseignants à ‘’s’accorder sur les nouveaux protocoles pédagogique et sanitaire pour la reprise massive des 4 millions d’apprenants prévue en novembre prochain’’. 
 
‘’Le cas échéant, les leçons évidentes apprises de la [pandémie de] Covid-19 sur l’état du réseau scolaire invitent à mener des actions urgentes pour une amélioration de l’environnement des apprentissages (blocs sanitaires, approvisionnement en eau, sécurité des établissements…)’’, poursuit le communiqué.
 
Il souligne que la crise sanitaire causée par le Covid-19 a ‘’rappelé l’urgence de mettre aux normes et standards les établissements scolaires’’. 
 
‘’La Cosydep appelle aussi à la mobilisation des communautés et à l’esprit d’initiative de l’ensemble des acteurs, afin de soutenir l’option d’un système éducatif effectivement décentralisé, moderne dans ses possibilités d’apprentissage, solide de ses infrastructures, souple dans son déploiement, résilient dans ses réponses face aux événements imprévus et suffisamment ancré sur les réalités nationales et globales’’.
 
Concernant les examens certificatifs de fin d’année, la Cosydep estime que ‘’plusieurs facteurs influeront très probablement sur les résultats de cette année exceptionnelle de la pandémie de Covid-19’’. Elle cite, entre autres, la réduction des effectifs, l’insuffisance en nombre du personnel enseignant dans certaines disciplines, la mobilisation d’enseignants n’étant pas suffisamment préparés à tenir des classes d’examen.
 
Elle considère que ‘’le pari d’avoir fait fonctionner une partie du système avec les 551.000 candidats [aux examens scolaires] et celui d’avoir testé un protocole pédagogique avec des seuils minimaux de compétence sont (…) des opportunités qui pourraient inspirer les prochaines réformes’’. 
 
Mais, ‘’le système [éducatif] n’a pas encore apporté de réponses concrètes au sort des 3 millions d’élèves des classes intermédiaires’’.


ASG/ESF