Mort de Fallou Sène : des étudiants ont marché à Kaolack pour réclamer justice
APS
SENEGAL-EDUCATION

Mort de Fallou Sène : des étudiants ont marché à Kaolack pour réclamer justice

Kaolack, 24 mai (APS) - Des dizaines étudiants des universités publiques sénégalaises originaires de la région de Kaolack (centre) ont marché jeudi dans les rues de la capitale du Saloum pour réclamer justice suite à la mort de Mouhamadou Fallou Séne, un des leurs tué récemment lors d’échauffourées avec des gendarmes à Saint-Louis, dans le nord du pays, a constaté l’APS.
 
Les manifestants, partis du lycée Valdiodio Ndiaye avec l’encadrement de la police, ont notamment sillonné plusieurs rues de Kaolack et se sont ensuite rendus à la préfecture où ils ont déposé un mémorandum de protestation.
 
Vêtus de tee-shirts de couleur rouge à l’effigie de leur défunt camarade et brandissant des pancartes sur lesquelles on pouvait lire entre autres "Justice pour Fallou Sène", les marcheurs ont été reçus sur le parvis de la préfecture par Dioma Sow, adjointe du préfet de Kaolack.
 
Dans le mémorandum remis à l’autorité administrative, les protestataires continuent notamment de réclamer la traduction en justice du tireur présumé de la balle fatale à leur camarde de Saint-Louis.
 
Cette exigence est l’une des revendications phare des différentes manifestations organisées jeudi à travers le pays à l’initiative de la Coordination des étudiants du Sénégal.
 
Les marcheurs ont également exigé la démission des autorités publiques jugés responsables des incidents survenus il y neuf jours. 
 
La Coordination nationale des étudiants du Sénégal (CNES) demande ainsi la démission ou le limogeage de membres du gouvernement.
 
Ils ont notamment cité le ministre en charge respectivement de l’Enseignement supérieur, de la Récherche et de l’Innovation, celui de l’Economie des Finances et du Plan ainsi que le ministre de l’Intérieur.
 
Dans le mémorandum dont l’APS à reçu une copie, les étudiants ont par ailleurs évoqué d’autres revendications portant notamment sur l’amélioration du système de bancarisation des allocations d’études, la revalorisation des bourses d’études et de meilleures conditions de vie et d’étude.
 
Mouhamadou Fallou Sène, un étudiant de 23 ans originaire de la région de Diourbel, dans le centre du pays, est mort après avoir reçu une balle lors d’échauffourées dans le campus social de l’Université Gaston Berger de Saint-Louis.
 
Une vague de protestation a aussitôt suivi ce drame dans les universités publiques du pays. 
 
D’importants dégâts matériels ont été ainsi enregistrés à l’université de Saint-Louis suite à une flambée de violence amplifiée par la mort du jeune étudiant.
 
Des mots d’ordre de grève d’abord décrétés par des enseignants membres du Syndicat autonomes de l’enseignement supérieur (SAES) ont ensuite été repris par les étudiants, paralysant de fait le secteur de l’enseignement supérieur, en dépit du limogeage du recteur de l’UGB, le professeur Baydalaye Kane, et du directeur du Centre régional des œuvres universitaires de Saint-Louis (CROUS), Ibrahima Diaw.
 

AFD/AKS/BK