Mbour : le masque jeté aux oubliettes dans les écoles
APS
SENEGAL-EDUCATION-RENTREE

Mbour : le masque jeté aux oubliettes dans les écoles

Mbour, 12 nov (APS) – Le port du masque n’a pas été observé par les élèves dans la plupart des établissements scolaires de la commune de Mbour (ouest), où s’est rendu le correspondant de l’APS, jeudi, à l’occasion de la rentrée des classes survenue cette année en période de pandémie de Covid-19.
 
A l’école élémentaire Cheikh-Mbaba-Sow, située dans la première circonscription de l’inspection de l’éducation et de la formation (IEF 1), les enseignants rencontrés portent tous un masque. Tout le contraire des élèves qui semblent avoir jeté aux oubliettes cette mesure barrière.
 
Seuls portent un masque quelques pensionnaires de cette école qui, cette année encore, a décidé d’appliquer la consigne ‘’Ubi tey, jang tey’’ (un démarrage des cours dès le jour de la rentrée).
 
Il s’agit peut-être d’élèves dont les parents ont une haute idée de l’importance des mesures barrières. 
 
‘’Nous essayons, autant que faire se peut, de respecter les mesures barrières, dont la distanciation physique, en mettant en place un dispositif de lavage des mains et du gel hydro-alcoolique. Mais nous attendons du matériel de protection du COvid-19 qui nous viendra de l’IEF’’, explique le directeur de cette école.
 
A l’école publique Badara-Sarra, la directrice, Khary Thioye, déclare que la rentrée n’est pas encore effective. La raison tient au fait que les parents d’élèves attendent toujours le dernier moment pour venir inscrire leurs enfants, explique-t-elle.
 
‘’Nous avions voulu que la consigne ‘Ubi tey, jang tey’ soit une réalité, ne serait-ce que pour les classes de CM2, mais les élèves ne sont même pas venus à l’école’’, s’est désolée Khary Thioye.
 
Concernant le respect du protocole sanitaire, elle affirme qu’aucun matériel de protection contre le Covid-19 ‘’n’est mis à la disposition de l’école’’.
 
‘’On n’a absolument rien reçu, mis à part ce qui nous avait été remis depuis plusieurs mois, lors de la reprise des cours. Cette rentrée, on n’a rien vu en termes de matériel de protection du Covid-19’’, a martelé Khary Thioye.
 
La même situation prévaut presque dans la plupart des écoles publiques de Mbour. 
 
‘’Les enseignants sont présents, les élèves aussi sont là, à 90 ou même 93%. Et nous avons à peu près le même pourcentage pour les enseignants. Une bonne présence qui rend effectif la consigne ‘Ubi tey, jang tey’ dans les établissements scolaires’’, se réjouit Abdou Sambou, planificateur à l’IEF2 de Mbour.
 
‘’Les gens ont été bien sensibilisés, et puisque c’est une reprise de ce qui a été fait, il n’y a presque pas de problème. Mais on peut, çà et là, dire qu’il y a, pour le moment, un déficit de matériel (…) Au moins, les établissements disposent du matériel qui puisse permettre de démarrer les cours’’, précise-t-il. 
 
Le ‘’vrai problème’’, ajoute M. Sambou, c’est le déficit d’enseignants. Selon lui, cette année, l’IEF 2 de Mbour une bonne partie de ses enseignants partir ailleurs.
 
‘’L’autre aspect, c’est que l’Etat, à travers le ministère de l’Education nationale, refuse toujours d’affecter les nouveaux enseignants dans les régions de Dakar et de Thiès (Thiès, dont fait partie le département de Mbour). Et depuis six ans, on n’a pas reçu des enseignants fraîchement sorties des écoles de formation. Nous faisons avec l’effectif dont nous disposons’’, explique Abdou Sambou.


ADE/ASG/ESF