Maintien des filles à l’école : Serigne Mbaye Thiam donne en exemple Réo Mao
APS
SENEGAl-EDUCATION-GENRE

Maintien des filles à l’école : Serigne Mbaye Thiam donne en exemple Réo Mao

Réo Mao (Bambey), 4 oct (APS) - L’école élémentaire de Réo Mao, dans le département de Bambey (centre), a été donnée jeudi en exemple par le ministre de l’Education nationale, qui a salué "l’engagement et le dynamisme" de l’association des mères d’élèves de cet établissement engagée pour le maintien des élèves à l’école.

"Je suis venu faire la visite des établissements scolaires dans le département de Bambey. On a démarré par l’école élémentaire de Réo Mao pour donner en exemple l’association des mères d’élèves’’ de cet ébahissement, "très dynamique", a-t-il dit. 
 
Selon le ministre, cette association intervenant dans le domaine de la gestion de l’école, oriente également ses actions vers la scolarisation des filles.
 
"Dans le Projet d’amélioration de l’éducation des filles (PAEF), on avait connu la création d’associations des mères d’élèves dans toutes les écoles qui étaient appuyées par ce projet et qui couvre plusieurs régions du pays", a-t-il rappelé.
 
A Réo Mao, il avait été constaté que beaucoup de filles n’allaient pas à l’école ou bien décrochaient très tôt l’école, compte tenu de besoins économiques au niveau des familles qui voulaient que les filles soient envoyées dans les centres urbains pour être des jeunes filles de service.
 
L’association a reçu une subvention de trois millions afin de dérouler des activités génératrices de revenus, en vue de mettre fin à ce phénomène. 
 
"Cette association met chaque mois 75 mille à la disposition du comité de gestion’’, ce qui fait "une somme globale de 8 millions FCFA’’, une initiative rendue possible "grâce à l’appui de la coopération italienne dans le cadre du Projet PAEF Plus’’, a relevé le ministre de l’Education nationale.
 
L’association a également mis en place une commission pour l’inscription des enfants à l’état civil à défaut de sanctionner.
 
"La raison pour laquelle nous avons favorisé la création de ces associations’’, c’est que ces dernières servaient de "porte d’entrée pour l’éducation et le maintien des filles à l’école", a signalé le ministre. 
 
Les parents d’élèves de Réo Mao ont toutefois fait part de contraintes liées à la construction de l’autoroute "Ila Touba", à l’origine d’un enclavement des écoles, selon eux. 
 
Ils ont ainsi souhaité qu’un bus soit mis à leur disposition pour convoyer les enfants, requête à laquelle Serigne Mbaye Thiam n’a pas manqué de réagir.
 
Le Sénégal, à l’état actuel des choses, n’a pas encore de politique de bus pour le transport des élèves mais une alternative peut être trouvée avec la construction d’établissements de proximité, a-t-il indiqué. 
 
"L’installation de cette autoroute qui fait peut-être que les enfants vont faire plus de kilomètres, plus d’efforts pour rejoindre un collège ou un lycée appelle à une redéfinition de la carte scolaire pour que ces enfants-là puissent trouver des lycées et des collèges au niveau de leur localité et environs pour ne pas avoir à faire le détour de cette passerelle", a dit le ministre.
 
 

FD/BK