Macron promet 200 millions d’Euros pour le GPE
APS
SENEGAL-FRANCE-EDUCATION

Macron promet 200 millions d’Euros pour le GPE

Diamniadio, 2 fév (APS) – Le président français Emmanuel Macron a annoncé vendredi à Diamniadio (périphérie de Dakar), un engagement de 200 millions d’Euros pour la reconstitution des fonds du Partenariat mondial de l’Education pour les deux prochaines années.
 
M. Macron a annoncé aussi une aide bilatérale de 100 millions d’Euros à travers l’Agence française de développement (AFD) exclusivement consacrée à l’Education
 
"La France va faire plus que multiplier par 10 son engagement, elle va mettre 200 millions d’Euros dans le fonds", a-t-il encore promis lors de la session de haut niveau de la 3ème Conférence de financement du PME au Centre international de conférences Abdou Diouf de Diamniadio (CICAD), 
 
Au-delà des engagements financiers, il s’agit également de partager quelques priorités, notamment celui de "concentrer cette aide sur les Etats les plus touchés par le terrorisme et mettre un accent sur l’éducation des jeunes filles partout où on veut promouvoir l’obscurantisme, la violence", a-t-il dit.
 
"Nous avons besoin d’engagements concrets, fermes pour atteindre l’objectif de 3,1 milliards de dollars pour la reconstitution des fonds du Partenariat", a dit le chef de l’Etat français.
 
"Nos entreprises se développent partout en Afrique, au Moyen Orient, dans les pays en difficulté de l’Amérique depuis des décennies, qui se développent sans investir dans le secteur de l’éducation", a soutenu Emmanuel Macron.
 
Selon lui, ‘’si elles investissement un Euro pour leur intérêt, elles doivent investir également un Euro pour le développement de l’Education’’. 
 
Pour le chef de l’Etat français, initiateur de la rencontre de Dakar avec le président Sall, "l’engagement pour l’Education n’est pas un choix qu’on peut faire ou ne pas faire, mais c’est une nécessité contemporaine."
 
Il s’agit, a-t-il insisté, d’aller plus vite et de faire plus simple, considérant que le PME est à cet égard un exemple formidable de simplicité et d’efficacité dans ses procédures de financement à travers le choix des agents d’exécution dans les pays bénéficiaires.
 
"Il n’y a qu’une réponse face à l’obscurantisme, aux discours de violence, aux violences, c’est l’éducation’’, a dit le président français. ‘’Sans éducation il n’y a pas de réponse face aux grands enjeux et aux grands changements dans le monde", a-t-il fait valoir.
 
L’éducation, c’est la condition de la sécurité, de la stabilité, du développement durable et des progrès dans nos sociétés, a encore dit Macron.
 
"Cette bataille, nous ne la gagnerons pas du jour au lendemain, nous n’avons pas à faire des choix mais un devoir moral qui passe par laisser aux jeunes la possibilité de faire eux même le choix", a-t-il assuré.
 
Les chefs de l’Etat du Burkina Faso, du Niger, du Tchad, du Mali, de Centrafrique, du Ghana, la vice-présidente de la Gambie, du Premier ministre ivoirien ont pris part à la session de haut niveau.
 
Ils ont tour à tour porté un plaidoyer pour une mobilisation plus accrue des ressources en faveur de l’éducation pour permettre à près de 300 millions d’enfants d’être scolarisés.

ADL/ASB/OID