Les facteurs d’instabilité de l’école sont ‘’multiples et complexes’’ (ministre)
APS
SENEGAL-EDUCATION

Les facteurs d’instabilité de l’école sont ‘’multiples et complexes’’ (ministre)



Saly-Portudal (Mbour), 26 sept (APS) – Les facteurs qui engendrent l’instabilité de l’école sénégalaise sont, à la fois, ‘’multiples et complexes’’, a relevé le ministre de l’Education nationale, Serigne Mbaye Thiam.


Il s’exprimait lundi à l’ouverture d’une rencontre sur le thème : ‘’La restauration de la confiance pour une année scolaire apaisée au service des performances des élèves’’. Elle prend fin mercredi, à Saly-Portudal (Mbour, ouest).


’’Certes, la dimension conjoncturelle des crises scolaires mérite d’être prise en compte dans le règlement des conflits, mais elle ne doit pas occulter le caractère proprement structurel de ces perturbations qui secouent chaque année le secteur éducatif, avec des intensités et des durées variables’’, a-t-il indiqué.


Selon lui, cet état de fait requiert un dialogue de qualité entre acteurs et partenaires du système éducatif, appelle aussi un autre regard sur la dynamique partenariale et ‘’exige de nouvelles stratégies plus adaptées à nos objectifs communs, non pas en termes de diagnostic seulement, mais plutôt en termes de pratiques pertinentes’’.


’’Cette même posture exige surtout de chaque partenaires et acteurs une introspection en vue d’une remise en cause à même de nous permettre de dépasser l’ensemble des difficultés et d’instaurer, comme nous le recommande le Chef de l’Etat, une école viable, stable et pacifiée’’, a déclaré le ministre de l’Education nationale.


D’après lui, à travers cette rencontre de concertations avec les acteurs de l’école, le ministère de l’Education pose les jalons d’’’un cadre partenarial’’ susceptible de renforcer la solidité et l’unité de la famille éducative par la mise en œuvredes conclusions des assises de l’éducation et de la formation.


’’Cette rencontre vise à relancer et à renforcer le partenariat sans lequel il ne peut y avoir de dialogue fécond et constructif. Il s’agit, à travers cet atelier, d’essayer d’inverser le cercle infernal de l’instabilité du système éducatif. Mais le premier élément c’est d’abord de créer un déclic, d’avoir une confiance pour une année scolaire apaisée. Et nous sommes tous au service des performances des élèves’’, a dit Thiam.


Face aux crises récurrentes qui affectent le système éducatif sénégalais des années maintenant, plusieurs initiatives ont été entreprises pour sauver les années scolaires, selon le ministre de l’Education.

’’Notre pays doit avoir plus d’ambitions que cela. Nous devons sauver l’école au lieu de nous contenter de sauver des années scolaires’’, a-t-il lancé.


ADE/OID