Les acteurs de l’éducation engagés pour une année scolaire sans grève (HCDS)
APS
SENEGAL-EDUCATION

Les acteurs de l’éducation engagés pour une année scolaire sans grève (HCDS)

Tivaouane (Thiès), 1er oct (APS) - La présidente du Haut conseil du dialogue social (HCDS), Innocence Ntap Ndiaye a soutenu, vendredi à Tivaouane, que des dispositions sont aujourd’hui prises par l’Etat et les syndicats d’enseignants afin que l’année scolaire 2016-2017 "se déroule avec zero grève et dans un climat apaisé".
 

Mme Ndiaye s’exprimait à l’issue d’un entretien avec Serigne Abdou Aziz Sy Al Amine, le porte parole du Khalife général des tidjianes du Sénégal.

Venue informer le guide religieux des conclusions du conclave tenu à Saly-Portudal par les acteurs de l’école, Innocence Ntap Ndiaye rapporté les efforts faits par le gouvernement pour satisfaire les doléances des enseignants et salué "le consensus fort" trouvé par les deux parties pour sauver l’école sénégalaise des crises récurrentes.
 
Selon elle, les syndicats ont également affiché "une attitude responsable" pour une pacification de l’espace scolaire en direction de la rentrée scolaire sans perturbation.
 
"L’Etat a déjà consenti une enveloppe de 15 milliards de frs CFA pour régler certains points touchant les accords signés avec les syndicats d’enseignants", a souligné Innocence Ntap Ndiaye qui a salué le rétablissement de la confiance entre les deux parties.

Serigne Abdou Aziz Sy Al Amine a, pour sa part, magnifié le travail abattu par le HCDS qui joue, selon lui, un rôle de facilitation des relations entre les parties.

Cela est d’autant important que "le Sénégal est un pays de dialogue et de concertation", a indiqué le guide religieux, estimant qu’il est toujours bon "anticiper pour désamorcer les conflits et malentendus" au lieu d’attendre que ça brûle.

Serigne Abdou Aziz Sy Al Amine a rappelé que "l’éducation des enfants est la base pour forger une société juste". Il a invité l’Etat et les enseignants "à continuer sur la voie rationnelle du langage de vérité". 
 
"L’Etat doit dire ce qu’il peut faire et respecter cet engagement, mais aussi les enseignants ne doivent pas demander ce que l’état n’a pas" a-t-il ajouté.
 
BD/PON