Le SIENS marche pour
APS
SENEGAL-EDUCATION

Le SIENS marche pour "une prise en charge correcte" de ses préoccupations

Dakar, 23 nov (APS) - Le Syndicat des inspectrices et inspecteurs de l’éducation nationale du Sénégal (SIENS), a organisé, vendredi à Dakar, une marche pour alerter l’opinion publique et le gouvernement sur la nécessité d’une "prise en charge correcte" de ses préoccupations.
 
Cette marche pacifique était organisée en collaboration avec la centrale syndicale CNTS/FC et le G6. Encadrés par les forces de l’ordre, les manifestants qui ont pris départ au Monument de l’Obélisque, ont marché jusqu’au rond-point de la RTS.
 
Ils brandissaient des pancartes sur lesquelles ont pouvaient lire, entre autres, "Droit à la mobilité horizontale" ou encore "Détachement et disponibilité et traitement des cas en instance".
 
Selon le secrétaire général du SIENS, Alkantra Sarr, le but visé à travers cette marche est "d’attirer l’attention de la population et du gouvernement sur la nécessité d’une prise en charge correcte des préoccupations des membres du corps de contrôle".
 
Ces préoccupations, a-t-il précisé, tournent autour du régime indemnitaire, la rémunération, aux conditions de travail et au cadre règlementaire.
 
"Alors donc, ce sont ces questions-là que nous voulons exprimer de manière audible pour que les populations sachent que nous en sommes au douzième plan d’action, et notre activité a démarré depuis le quatorze mai", a-t-il renseigné.
 
Pour Alkantra Sarr, douze plans d’actions pour un syndicat de cadres, "c’est quelque chose d’incompréhensible dans un cadre où on parle de qualité de l’éducation".
 
"’Et donc, nous attendons à ce que le gouvernement créé les conditions aux deux rencontres qui ont été réalisées avec le Premier ministre, qu’il organise les conditions d’une sortie de crise en utilisant comme base de travail le projet de protocole que nous avons donné", a-t-il souhaité.
 
 Le SIENS "reste ouvert au dialogue" et est même "prêt sur les questions qui peuvent poser des problèmes de soutenabilité à aller vers un échéancier", a-t-il assuré.
 
"Voilà donc l’appel que nous voulons lancer au gouvernement, l’information que nous voulons donner à la population pour dire qu’il est temps de refermer la parenthèse de la crise scolaire en traitant de manière adéquate, les préoccupations exprimées par les inspecteurs de l’enseignement, tous corps confondus", a-t-il conclu.

MK/OID/ASB