Le RUR déplore la détérioration du climat social dans les écoles et universités, invite à
APS
SENEGAL-EDUCATION-APPEL

Le RUR déplore la détérioration du climat social dans les écoles et universités, invite à "s’unir autour de l’essentiel’’

Dakar, 30 juin (APS) - Le Réseau des universitaires républicains (RUR), disant constater "l’inadmissible détérioration du climat de paix et de la stabilité" dans les écoles et universités, invite les acteurs concernés "à s’unir autour de l’essentiel", pour l’émergence du pays et le maintien de la paix sociale.

"C’est avec regret et consternation que le RUR constate l’inadmissible détérioration du climat de paix et de la stabilité au sein des espaces académiques, universitaires et scolaires", déclare dans un communiqué les membres de cette structure affiliée à l’Alliance pour la République (APR, pouvoir).
 
Dans son communiqué, le Réseau des universitaires républicains évoque "des atteintes contre l’intégrité physique du corps enseignant" relevées depuis quelques temps, notamment à Ndiaganiao (département de Mbour) et à Kébémer (région de Louga) pour le secondaire, mais aussi à dans l’enceinte de l’Université Cheikh Anta Diop (UCAD) et d’autres universités du Sénégal. 
 
"Ces violences inqualifiables qui ne sauraient avoir leur place à l’école et à l’Université, havre de paix et de quête de science et de sagesse, ont suscité l’indignation de toute la communauté scolaire et universitaire, de tous les acteurs au sein de l’espace, notamment des apprenants qui aspirent à un environnement d’apprentissage apaisé, de performances et de réussite", souligne le RUR.
 
Le RUR dont le ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural Moussa Baldé est le coordonnateur, dit condamner "fermement ces violences d’un autre âge et invite tous les acteurs à s’unir autour de l’essentiel, notamment la poursuite des enseignements-apprentissages de qualité en vue de l’émergence du pays et le maintien de sa cohésion sociale".
 
Elle estime que les pouvoirs publics ont déjà montré la voie à suivre à travers des "investissements massifs" dans le sous-secteur de l’enseignement supérieur et de la recherche, investissements qui devraient permettre au Sénégal de "maintenir sa souveraineté" concernant notamment ses données numériques et en matière de science et technologie. 
 
"Dorénavant, notre pays devient un pionnier régional et permettra aux jeunes apprenants et entrepreneurs de créer des start-ups, de créer de la richesse et des emplois et qui contribueront ainsi grandement à son développement", souligne le Réseau des universitaires républicains.
 
SG/BK