Un nouveau Fonds de la BID veut établir un lien entre innovations et opportunités de marché
APS
SENEGAL-SOCIETE-FINANCEMENT

Un nouveau Fonds de la BID veut établir un lien entre innovations et opportunités de marché

Dakar, 7 fév (APS) - La Banque islamique de développement (BID) a procédé mercredi à Dakar au lancement d’un nouveau Fonds dont l’ambition est de relier les innovations aux opportunités de marché et aux moyens de financement.

Dénommé ’’Transform’’, ce Fonds vise à opérer "un changement important dans la vie de millions d’individus, en donnant à chaque innovateur l’occasion de faire la différence dans le monde", a déclaré Hayat Sindi, conseillère du président de la BID.
 
Elle s’’exprimait lors du lancement d’une plateforme numérique appelée ’’Engage’’ et adossée à ce nouveau Fonds dédié à la science, à la technologie et à l’innovation (STI).
 
Cette plateforme "offre un cadre idéal pour l’interaction et l’établissement de relations en ligne avec un vaste réseau réunissant l’ensemble des acteurs à travers le monde, tels les ONG, les décideurs gouvernementaux, les chercheurs, les scientifiques et le secteur privé, pour présenter des idées originales", a expliqué Hayat Sindi.
 
Elle "offre trois principaux services", à savoir la mise en relation, le transfert de technologie, l’appel à projets innovants", a-t-elle précisé, soulignant que cette interface "a été conçue pour accélérer le progrès socio-économique des pays en développement au moyen de la science, de la technologie et de l’innovation". 
 
"Ce que nous faisons, c’est une campagne de sensibilisation sur l’importance des sciences, technologies et innovations pour l’amélioration des conditions de vie et des conditions socio-économiques de nos pays membres", a ajouté Mme Sindi, "première femme" du Golf arabique à obtenir un doctorat en biotechnologie à l’Université de Cambridge (Royaume-Uni).
 
Une fois au Sénégal, "on s’est rendu compte que nous avons les mêmes cibles et les mêmes objectifs" que le ministère sénégalais de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, à travers le Programme sénégalais pour l’entreprenariat des jeunes (PSE-J), a indiqué la conseillère du président de la Banque islamique de développement.
 
La BID ne pouvait donc "espérer mieux que des gens qui croient à la même cause (...) et qui servent les mêmes populations, à savoir les jeunes entrepreneurs et le jeunes de façon générale. Nous pensons que c’était un critère de succès, c’est pourquoi nous sommes heureux d’avoir le PSE-J et le ministère de l’Enseignant supérieur comme partenaires’’, a poursuivi Mme Sindhi.
 
Il y a aussi que le président de la BID avait séjourné au Sénégal en décembre dernier et avait rencontré le chef de l’Etat sénégalais Macky Sall, le ministre de l’Economie, des Finances et du Plan, celui en charge des infrastructures, ainsi que plusieurs autres autorités, selon Hayat Sindi.
 
Avec ces derniers, le président de la BID avait évoqué la question de ce nouveau Fonds dont l’idée avait été saluée par ces différentes autorités, raison pour laquelle il a décidé que "la campagne pour la zone de l’Afrique de l’Ouest se ferait à partir du Sénégal", a-t-elle souligné.
 
"Il n’y a pas de plateforme mettant en relation tous les acteurs concernés, toutes les partie prenantes (…), il fallait qu’on mette en place cette plateforme, donc il fallait venir sur le terrain pour voir quel genre de plateforme il faudrait mettre en place", a-t-elle fait valoir.
 

NLC/BK