La COSYDEP invite les autorités à anticiper l’évolution de la pandémie de coronavirus
APS
SENEGAL-EDUCATION

La COSYDEP invite les autorités à anticiper l’évolution de la pandémie de coronavirus

Dakar, 16 avr (APS) – La Coalition des organisations pour la défense de l’éducation publique (COSYDEP) invite les autorités sénégalaises à ne pas ‘’se laisser surprendre par les développements ultérieurs’’ de la pandémie de coronavirus.
 
‘’Après une première mesure de suspension des cours pour trois semaines, les autorités ont décidé à juste titre de prolonger la fermeture des établissements scolaires et universitaires jusqu’au lundi 4 mai 2020", a reconnu la COSYDEP dans une déclaration parvenue à l’APS.
 
Leur réouverture prévue début avril a été reportée au 4 mai en raison de la propagation de la maladie à coronavirus.
 
Pour la COSYDEP, ce report "rend plus complexe la gestion de l’année scolaire 2019-2020, mais aussi l’exigence de définir des stratégies audacieuses et anticipatrices".
 
Elle dit s’attendre à "un fort impact de la crise sanitaire provoquée par la pandémie de coronavirus sur l’éducation et la formation".
 
Après cette prolongation de la fermeture des établissements scolaires et universitaires, l’organisation propose d’"évaluer le premier moment de fermeture des écoles par un bilan rapide". Le but est, selon elle, d’"apprécier la portée et le taux de couverture des multiples initiatives et offres d’accompagnement des apprenants". 
 
En raison de la crise sanitaire, la COSYDEP considère que la perte de six semaines du quantum horaire reste "une hypothèse basse", car le temps perdu pourrait être plus important. 
 
Elle estime que "tout dispositif devrait privilégier la mise en place d’un modèle alternatif qui soit disponible, accessible, adapté, accepté et inclusif".
 
La COSYDEP propose d’organiser des concertations inclusives, via une plateforme électronique, avec l’aide de l’Agence de l’informatique de l’État, pour recueillir toute contribution permettant de construire des plans de sortie de crise en fonction de chaque hypothèse. 
 
Selon la déclaration, cet exercice donnerait plus de visibilité aux possibilités qui peuvent s’offrir pour rattraper le quantum horaire perdu, achever les enseignements et organiser les examens. 
 
La COSYDEP suggère également de ‘’renforcer la protection des enfants vulnérables (apprentis, ‘talibés’, enfants mendiants, …), en lien avec les collectivités territoriales, les autorités déconcentrées, le secteur privé local et la société civile’’. 
 
Elle reste ‘’convaincue’’ que le Sénégal a l’intelligence collective pour une solution inclusive et pratique, et affirme que l’école est certes fermée, mais pas les apprentissages.


ADL/ASG