L’UAM va être
APS
SENEGAL-UNIVERSITES-AMBITIONS

L’UAM va être "une université leader" en Afrique (universitaire Belge)

Saly-Portudal (Mbour), 19 déc (APS) – L’Université Amadou Makhtar Mbow (UAM) de Diamniadio, qui est en train d’être hissée dans le concert des universités les plus performantes du monde, va être "une université leader" en Afrique, a indiqué, lundi à Saly-Portudal (Mbour), le professeur à l’Université libre de Bruxelles, en Belgique, Serge Jaumain, membre du comité scientifique international de l’UAM.
 

"Je suis persuadé que l’UAM va devenir l’une des universités les plus performantes du monde, parce qu’il y a la volonté affirmée dès le départ, puisque conçue comme un projet extrêmement ambitieux. Donc, tout est là pour y arriver, la seule chose, c’est qu’il faut que le financement public soit disponible. Et c’est indispensable !", a insisté M. Jaumain.


Le professeur Serge Jaumain, ancien vice-recteur aux relations internationales à l’Université libre de Bruxelles prend part, à Saly-Portudal (Mbour, ouest), à la troisième rencontre du comité scientifique international de l’Université Amadou Makhtar Mbow (UAM) de Diamniadio.
 
Selon lui, "il y aura un financement privé, parce qu’une série d’entreprises privées vont être intéressées à collaborer avec cette université". Toutefois, a-t-il relevé, "le financement public constitue la base. Si on n’a pas de financement public ou pas assez, on n’arrivera pas à atteindre les objectifs".
 
"On va utiliser les meilleures pratiques des meilleures universités du monde. Personnellement, je peux apporter mon expérience internationale, mais aussi essayer de pousser cette nouvelle université à multiplier les collaborations internationales, c’est-à-dire encourager les échanges d’étudiants. Aujourd’hui, de plus en plus, un étudiant qui sort d’une université doit avoir une expérience en dehors de l’université", a indiqué M. Jaumain.
 
"Ce qui est intéressant et original dans cette université, c’est qu’on part de rien, c’est-à-dire qu’on part d’une structure entièrement imaginée. De ce fait, on peut utiliser les expériences nationales mais aussi internationales de nombreuses institutions à travers le monde", a-t-il souligné.
 
 
 ADE/PON