L’enseignement religieux dans les écoles est réponse à la violence, selon Irina Bokova
APS
SENEGAL-SOCIETE-EDUCATION

L’enseignement religieux dans les écoles est réponse à la violence, selon Irina Bokova

Dakar, 7 août (APS) - L’enseignement religieux dispensé au Centre de formation professionnelle Cheikh Mouhamadou Mourtada de Mbao, dans la banlieue dakaroise, constitue "une réponse" à l’extrémisme et à la violence auxquels l’islam est assimilé, a soutenu, samedi, à Dakar, la directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova.
 
"Je constate que vous (enseignants) apprenez à vos étudiants la paix, l’humanisme, la tolérance et l’amour. C’est une réponse à toutes ces personnes qui croient que l’Islam est une religion de violence", a-t-elle déclaré.
 
"Ce combat contre l’extrémisme doit être un combat pour le Sénégal et pour toute l’Afrique entière’’, a dit Irina Bokova, au terme de sa visite au Centre d’excellence Al Azhar.
 
Cet établissement "offre aux étudiants sortant des écoles arabo-islamiques des opportunités d’éducation et de formation professionnelle plus poussées, facilitant ainsi leur intégration socio-économique et leur contribution au développement économique", a-t-elle indiqué.
 
La directrice de l’UNESCO effectue une visite officielle de deux jours à Dakar, un déplacement destiné à "renforcer la coopération pour la paix et le développement durable" entre l’UNESCO et le Sénégal.
 
"Il nous faut donner une éducation de qualité à nos enfants dès le bas-âge. C’est un moyen de prévenir la violence et de promouvoir l’humanisme", a indiqué la patronne de l’UNESCO, l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture.
 
Le "pire ennemi de nous tous est l’ignorance", a fait valoir Irina Bokova, avant de relever que l’UNESCO a mis en place, à travers ses programmes sur l’éducation, une "citoyenneté mondiale".
 
Celle-ci vise à inculquer des valeurs de tolérance, de paix et d’amour à "tous les humains de toutes religions confondues", a poursuivi Mme Bokova.
 
Elle invite parents, enseignants et éducateurs de manière générale à faire de l’éducation "un instrument de prévention contre toutes formes de violence".
 
L’UNESCO appuie au Sénégal et dans d’autres pays du Sahel la formation de formateurs des enseignants en culture de la paix, en gestion des conflits au Sénégal. Cette formation est dispensée grâce au manuel de référence de la CEDEAO en matière d’éducation de la paix.
 
SDI/BK