APS
SENEGAL-EDUCATION

"L’école, un des leviers les plus décisifs" pour atteindre le développement (officiel)

Saly-Portudal (Mbour), 26 sept (APS) – L’école constitue l’"un des leviers les plus décisifs" pour atteindre le développement, notamment dans un contexte de cheminement vers l’émergence, a affirmé le secrétaire général du ministère du Travail, du Dialogue social, des Organisations professionnelles et des Relations avec les institutions, Abdoulaye Guèye.
 
Sortir du sous-développement suppose "une action hardie" à deux niveaux, à savoir le combat contre l’ignorance qui conduit à des comportements inappropriés et la résorption du déficit en formation qui pose également la problématique de l’employabilité de nos ressources humaines, a-t-il dit. 
 
"Nous n’y parviendrons jamais sans une politique éducative et de formation volontariste, participative et surtout moderne. Ce qui nécessite un système éducatif inclusif", a insisté M. Guèye.
 
Il procédait mardi, à Saly-Portudal (Mbour, ouest), à l’ouverture officielle de la session prérentrée scolaire 2017-2018 du Haut conseil du dialogue social (HCDS). 
 
Prévue pour durer quatre jours (du 26 au 29 septembre), cette session a pour thème : "Consolider la stabilité du climat social dans le secteur public de l’éducation et de la formation par la mise en œuvre des accords et le renforcement des capacités des acteurs". 
 
D’après Abdoulaye Guèye, ces ambitions sont "en parfaite congruence" avec l’Objectif de développement durable (ODD) numéro 4, qui vise à "assurer l’accès de tous à une éducation de qualité, sur un pied d’égalité, et promouvoir les possibilités d’apprentissage tout au long de la vie". 
 
Selon lui, l’attention que le chef de l’Etat accorde à l’éducation, comme il a eu à le réaffirmer lors du Conseil des ministres du 11 février dernier, justifie que, malgré la rareté des ressources et les innombrables défis qui assaillent le pays, d’importants moyens lui sont consacrés. 
 
"Cependant, en dépit de ces efforts, notre système éducatif est, ces dernières années, en proie à des perturbations récurrentes des enseignements-apprentissages qui impactent négativement sur la qualité de nos ressources humaines’’, a déploré M. Guèye. 
 
Selon lui, "cette situation préoccupe et interpelle tous les segments de notre nation, aussi les autorités publiques, les enseignants, les parents d’élèves, les organisations de la société civile et même les apprenants". 
 
C’est pourquoi, à son avis, toute initiative allant dans le sens d’un apaisement durable du climat social afin de permettre le déroulement d’une année scolaire normale est la bienvenue. 
 
"Il est vrai que des efforts ont été consentis par le gouvernement sur le plan budgétaire mais également pour améliorer la représentation dans les cadres de dialogue social, notamment grâce aux élections sectorielles de représentativité syndicale tenues en avril 2017. Nous sommes conscients que tout n’est pas parfait mais perfectible", a-t-il fait remarquer. 
 
Cette session de pré-rentrée scolaire a une vocation formative, car elle sera aussi l’occasion de revisiter le cadre normatif de dialogue social, de familiariser les participants avec les instruments internationaux de la négociation collective ainsi que les techniques de dialogue et de négociation. 
 
Ce faisant, une des conditions sine qua none pour un dialogue social de qualité sera satisfaite, à savoir disposer d’"acteurs suffisamment formés", a souligné le secrétaire général du ministère du Travail, du Dialogue social, des Organisations professionnelles et des Relations avec les institutions.

ADE/ASB/ASG