Diourbel : des moniteurs de daaras initiés aux enjeux environnementaux
APS
SENEGAL-EDUCATION-ENVIRONNEMENT

Diourbel : des moniteurs de daaras initiés aux enjeux environnementaux

Diourbel, 23 oct (APS) - Des moniteurs des daaras modernes prennent part à Diourbel à une session de formation sur sur les défis environnementaux, à l’initiative du Centre d’éducation et de formation environnementale (CEFE) du ministère de l’Environnement et du Développement durable, a constaté l’APS.
 
’’Le programme Bois d’école a intégré les daaras modernes dans ses cibles’’ parce qu’ils ‘’constituent un cadre bien organisé, regroupant des jeunes sénégalais, appelés demain à participer à la construction du pays’’, a expliqué Mame Yacine Guèye Mbengue.
 
Mme Mbengue est la chargée de formation au Centre d’éducation et de formation environnementale (CEFE) du ministère de l’Environnement et du Développement durable qui a organisé cette session de formation de deux jours.

L’objectif est de ’’mieux outiller’’ les moniteurs des daaras modernes sur les défis environnementaux.
 
Selon elle, ‘’les daaras contribuent grandement à l’éducation aux valeurs qui doit occuper une place très importante dans la prise en charge des enjeux environnementaux qui interpellent notre société’’.
 
’’Le but est d’inviter les daaras à participer activement à la sauvegarde de notre environnement à travers des +Bois de Daara+. Son volet maraîchage et arboriculture fruitière pourra améliorer, considérablement, la qualité de l’alimentation de vos apprenants’’, a-t-elle dit.
 
Khadim Rassoul Mbacké, président des moniteurs des daaras modernes au Sénégal a pour sa part magnifié cette initiative.
 
Les moniteurs des 5 daaras choisis vont à leur tour faire bénéficier cette formation aux apprenants des écoles coraniques.
 
’’Il y a un effet direct avec l’installation de ces bois de daaras et la lutte contre la mendicité. Etant donné qu’une fois qu’on développe des activités de maraîchage, automatiquement, l’enfant pourra gagner des ressources’’, a-t-il relevé.
 
Les ressources financières qui seront issues de ces activités aideront à améliorer les conditions de vie des apprenants des daaras modernes, a t-il ajouté.
 
’’Rien qu’avec la vente des légumes et fruits, à la communauté proche, l’enfant pourra subvenir à ses propres besoins sur les plans nutritionnels, sanitaire, les vêtements il pourra s’en procurer sans pour autant tendre la main dans les rues’’, selon M. Mbacké.
 
 
 

FD/OID/AKS