Covid-19 : une reprise graduelle des cours se précise à l’Université de Thiès
APS
SENEGAL-UNIVERSITES-REDEMARRAGE

Covid-19 : une reprise graduelle des cours se précise à l’Université de Thiès

Thiès, 28 août (APS) - L’option d’une reprise graduelle des cours le 1er septembre prochain, validée par les autorités académiques, se précise à l’Université de Thiès dont les différents établissements sont chargés en toute autonomie de décider des niveaux de convocation des étudiants.

Le recteur de l’Université de Thiès Ramatoulaye Diagne Mbengue a assuré, dans un entretien avec l’APS, que les autorités académiques ont validé l’option d’une reprise des cours le 1-er septembre. 
 
Mais pour Mme Mbengue, il "sera difficile de respecter les mesures barrières, si tous les étudiants viennent en même temps". 
 
Aussi, "chaque établissement étant autonome, va décider des niveaux pour lesquels il va convoquer ses étudiants en présentiel". 
 
Le rectorat a acquis des équipements de protection sanitaire (masques, gel hydro-alcoolique, thermoflashs, savon liquide, etc.), d’une valeur d’un peu plus de 8 millions de FCFA, a renseigné Mme Mbengue. Sans compter les dépenses supplémentaires effectuées par les 6 établissements académiques de Thiès. 
 
Concernant le personnel du service académique, des dispositions ont été prises à travers un système de permanence et de télétravail, pour garantir le respect des mesures sanitaires. 
 
Du côté des étudiants, on se dit "prêt" pour une reprise graduelle des cours, d’abord avec ceux de la L3, M1 et M2, dès le 1-er septembre prochain, selon le représentant de la conférence des amicales. 
 
Mamadou Guèye qui représentait la conférence des amicales d’étudiants à une cérémonie de don de 2.500 masques offerts, jeudi, par le Mouvement des élèves et étudiants républicains (MEER), assure que ses camarades sont "prêts". 
 
"Nous sommes rassurés par les dispositions prises (…), nous n’avons aucune inquiétude, on peut dire qu’à Thiès, les étudiants sont prêts à reprendre les cours en présentiel avec la convocation d’une partie des étudiants c’est-à-dire les L3, M1 et M2", a dit M. Guèye, lors de cette rencontre tenue au campus de l’hôtel du rail. 
 
Il s’agira, selon la conférence des étudiants de Thiès, de veiller à ce que les autres niveaux démarrent "progressivement en fonction de l’évolution de la situation". 
 
Interpellé sur la position des étudiants de Dakar, partisans de la ’’reprise pour tous’’, le coordinateur national du MEER Abdoulaye Diagne a jugé "trop risqué" d’organiser une reprise globale de "plus de 79 mille étudiants" à l’Université de Dakar. 
 
"Cela pourrait engendrer une situation chaotique", a-t-il averti, disant préférer un redémarrage "stable avec zéro risque de contamination". 

Des brigades d’hygiène pour détecter des comorbidités chez les étudiants.

Les services du Centre des œuvres universitaires et sociales de Thiès (CROUS-T), dans une dynamique d’anticipation, ont pris les devants depuis le 24 mars dernier, a indiqué son directeur général, Cheikh Sall. 
 
Ils sont mis en place un comité de suivi et de planification des actions de lutte et de prévention face à la pandémie, dispositif chargé aussi bien de la protection des étudiants que du personnel administratif. 
 
Cette structure présidée par le médecin-chef du CROUS-T, se réunit au moins une fois par semaine. Elle a produit un document adossé aux mesures prises par l’Etat et contenant 12 recommandations. 
 
Parmi ces recommandations, figurent la désinfection des campus et bureaux et la mise en place de 16 systèmes de lavage des mains ou plateaux techniques autonomes. 
 
Il est aussi prévu de mettre sur pied, dès le 1-er septembre, des brigades d’hygiène dans tous les campus, pour ’’recueillir les informations relatives à l’itinéraire des étudiants pour détecter d’éventuelles comorbidités’’, a dit M. Sall. 
 
"Les visites médicales seront obligatoires aussi bien pour les étudiants que pour le personnel administratif ", a-t-il souligné, précisant que les déplacements en dehors du campus seront strictement limités ainsi que le sport collectif à l’intérieur. 
 
Cheikh Sall a également soutenu que le CROUS-T a acquis 40 mille masques chirurgicaux et lavables au profit des étudiants et du personnel académique grâce à un partenariat. 

Un système hybride à l’UFR science de l’ingénieur 
 
L’UFR science de l’ingénieur de Thiès a décidé de mettre en place un système hybride, en convoquant, dans un premier temps dès le 7 septembre, les étudiants en Licence 1 et 3, a dit à l’APS son vice-directeur Makhaly Bâ. 
 
’’Les cours en ligne ont beaucoup marché cette année pour les masters, mais moins pour les étudiants de 1-ère année’’, a-t-il expliqué, notant qu’il s’agira de "privilégier les L1 et L3 dès la reprise, dans le cadre de ce système hybride qui sera maintenu jusqu’en fin d’année, pour le respect des gestes barrières". 
 
"La stratégie adoptée est de faire venir d’abord les étudiants de première année qui n’ont bénéficié que d’un mois de cours à cause de la covid-19", a-t-il ajouté. 

La première semaine va selon lui permettre d’ajuster quelques paramètres liés aux cours en ligne qui seront surtout dispensés aux étudiants de master, le temps pour eux de débuter les cours en présentiel à partir du 28 septembre. 
 
Les quelque 150 étudiants en première année suivront des cours sur les matières qualité, hygiène, sécurité, environnement et géomatique. 
 
Au total, c’est environ 500 étudiants que l’UFR science de l’ingénieur a accueillis cette année. 
 
Bien que certaines conditions sociales soient décriées par les étudiants, surtout concernant l’hébergement dans les campus, M. Ba espère que le système hybride pourra aider à une gestion académique tenant compte de la pandémie. 
 
Selon Makhaly Bâ, les soutenances pour les masters d’habitude organisées au mois de juillet ont été repoussées pour la première session au mois d’octobre et la deuxième session au mois de décembre 2020. Des soutenances en ligne pourraient être organisées, "si la situation le permet’’, a-t-il conclu.
 
 
 

MF/ADI/BK