Assane Ndiaye, Serigne Ababacar Wade, trois visages de la persévérance des enseignants
APS
SENEGAL-EDUCATION-PROFIL

Assane Ndiaye, Serigne Ababacar Wade, trois visages de la persévérance des enseignants

Dakar, 28 déc (APS) - Assane Niaye, lauréat de la première édition du Grand Prix du chef de l’Etat pour l’enseignant, a la persévérance en commun avec Serigne Khalifa Ababacar Wade (prix d’encouragement) et Abdoulaye Mbow (troisième nominé), ces deux autres enseignants pouvant également se prévaloir de leur parcours et de leurs bons résultats. 
 
Assane Ndiaye, 51 ans, est entré dans l’enseignement comme instituteur adjoint, sans jamais rompre avec la dynamique des études, une persévérance qui lui a permis d’obtenir son baccalauréat comme candidat libre. 
 
Le lauréat du Grand prix du chef de l’Etat pour l’enseignant ne s’est pas arrêté en si bon chemin, obtenant ensuite une maîtrise en Lettres modernes à l’Université Cheikh Anta Diop avant d’être mis en position de stage pour une formation à la FASTEF, la Faculté des sciences et technologies de l’éducation et de la formation.
 
Dans cet établissement de formation, il obtient son Certificat d’aptitude à l’enseignement secondaire. 
 
Assane Ndiaye est par ailleurs désigné "meilleur maître de circonscription scolaire" de Mbacké en 2000, avant de publier en 2009 une brochure de 100 pages intitulée "Miroir adapté au curriculum", ainsi qu’une compilation de fiches raisonnées pour renforcer la capacité des enseignants de l’élémentaire. 
 
Actuellement en service au lycée Mbacké 2, ce professeur de Lettres surnommé "le lampadaire de Mbacké", considère le prix qu’il a remporté comme "un acte historique et symbolique pour tous les enseignants". 
 
Contrairement au lauréat de la première édition du Grand Prix du chef de l’Etat pour l’enseignant, Serigne Khalifa Ababacar Wade, qui en a remporté le prix d’encouragement, a débuté sa carrière dans l’enseignement moyen. 
 
Cumulativement avec ses fonctions d’enseignant "craie en main", il poursuit ses études universitaires au terme desquelles il obtient successivement une maîtrise, un master et un doctorat. 
 
Cet enseignant de 49 ans, par ailleurs critique littéraire doublé d’un scientifique, est l’auteur de trois publications jugées de référence.
 
Abdoulaye Mbow, troisième nominé pour le Grand Prix du chef de l’Etat pour l’enseignant, peut facilement être considéré comme la personnification même de la détermination.
 
Atteint de poliomyélite à l’âge d’un an et demi - il en a aujourd’hui 40 -, le natif de Darou Thioubène (département de Nioro), véritable miraculé, enseigne aujourd’hui au centre Talibou Dabo de Dakar (élémentaire) à force de volonté.
 
Il a en effet réussi à marcher avec des béquilles après plusieurs interventions chirurgicales, avant de suivre une formation au centre privé pour instituteurs dénommé "Balal".
 
Abdoulaye Mbow intègre par la suite le centre Talibou Dabo, au sein duquel il exerce pendant cinq ans en tant qu’enseignant volontaire avant de passer volontaire de l’éducation en 2006. 
 
Il a depuis obtenu successivement le Certificat élémentaire d’aptitude pédagogique en 2011, le Brevet supérieur de capacité et le Certificat d’aptitude pédagogique en 2015. 
 
SKS/BK/SD