Ziguinchor :  des
APS
SENEGAL-TRANSPORTS-ACCIDENTS

Ziguinchor : des "sermons réguliers’’ préconisés pour sensibiliser les conducteurs des motos "Jakarta’’

Ziguinchor, 5 jan (APS) – L’imam ratib de la mosquée du camp GMI de Ziguinchor (sud) El Hadji Djibril Dème a préconisé dans son sermon de ce vendredi l’organisation, par les autorités locale et administrative, de séances de sensibilisations à travers la tenue de ‘’sermons réguliers’’ à l’intention des conducteurs de motos de ‘’Jakarta’’.
 

‘’Les accidents impliquant des motos +Jakarta+ sont tellement fréquents à Ziguinchor. Il y a beaucoup de pertes en vies humaines liées à ces accidents. Personne ne s’en émeut et personne ne fait rien pour trouver une solution à ce problème’’, s’est-il étonné.
 
‘’Les motos + Jakarta+ sont entre les mains de jeunes, voire d’enfants, dont la plupart d’entre eux sont immatures, irréfléchis (…). Il faut qu’on leur parle directement, qu’on les éduque. Je propose même la tenue de sermons réguliers tous les mois ou tous les deux mois pour les sensibiliser’’, a poursuivi El Hadji Djibril Dème, dans un sermon prononcé en wolof.
 
‘’Je lance un appel aux autorités, aux acteurs concernés par le transport, l’emploi des jeunes ou même la protection des enfants à procéder à l’organisation de ces séances périodiques, en présence de tous les jeunes conducteurs de motos +Jakarta+. Les imams sont prêts à jouer leur partition’’, a insisté Imam Dème.
 
Il a ajouté : ‘’Conduire une moto-taxi est un métier noble. Au-delà des enfants, il y a des hommes très responsables qui s’y activent pour subvenir à leurs besoins et à ceux de leur famille’’.

L’imam ratib de la mosquée du Camp GMI reçoit tous les vendredis le gouverneur, le préfet, le commissaire et une bonne partie des agents de l’administration, du fait de sa proximité avec le centre-ville.
 
El Hadji Djibril Dème réagissait ainsi à la récente manifestation de colère des conducteurs de motos ‘’Jakarta’’ dans la ville de Ziguinchor, pour dénoncer les multiples tracasseries dont ils disent être victimes.
 
Regroupés au sein d’une association, ces jeunes avaient brûlé des pneus et obstrué les principales artères de la ville. Il s’en était suivi une course-poursuite avec des policiers qui avaient lancé des grenades lacrymogènes pour disperser les manifestants.
 
‘’La solution, ce n’est pas de les réprimander. Il faut leur parler et les sensibiliser avec la tenue de rencontres périodiques s’il le faut même au stade pour les faire revenir à la raison’’, a conclu El Hadji Djibril Dème.

MTN/ASG/OID