Diourbel va étrenner des unités de production ’’dans les mois à venir’’ (DG CROUS Bambey)
APS
SENEGAL-ECONOMIE-SOCIETE

Diourbel va étrenner des unités de production ’’dans les mois à venir’’ (DG CROUS Bambey)

Diourbel, 29 mai (APS) - Le département de Diourbel sera doté d’unités de production ’’dans les mois à venir’’ à travers différents projets de l’Etat afin d’apporter une réponse à la problématique de l’emploi des jeunes dans le Baol, a annoncé samedi le directeur général du Centre régional des œuvres universitaires sociales (CROUS) de Bambey, Moustapha Guèye.

"Nous sommes en train de travailler à Diourbel pour mettre en place des unités de production. Dans les mois à venir vous allez voir certains projets importants qui seront mis en place dans notre département", a-t-il dit.
 
M. Guèye prenait part à un forum sur l’emploi des jeunes de Diourbel, à l’initiative du Mouvement des élèves et étudiants de Diourbel dont il est le parrain.
 
Selon lui, une autre rencontre sera organisée sur la même question pour accompagner les jeunes, avec la collaboration des structures comme le Fongip, Fonds de garantie des investissements prioritaires, et l’ADEPME, l’Agence de développement et d’encadrement des petites et moyennes entreprises.
 
"Les jeunes ont des problèmes pour trouver de l’emploi surtout à Diourbel. En tant que structure de jeunesse, nous avons jugé nécessaire d’organiser ce forum sur l’emploi des jeunes", pour "essayer de mettre en place des opportunités pour nos frères", a indiqué Moustapha Bécaye Diop, président dudit mouvement.
 
Les pouvoirs publics ont mis en place plusieurs structures de financement et d’appui pour les jeunes, "mais malheureusement, l’information n’est pas accessible pour les personnes cibles", a-t-il déploré.
 
"On ne peut pas aussi postuler pour un emploi sans avoir les compétences. Il faut se former et se spécialiser afin de postuler pour les opportunités et les offres d’emploi que l’Etat a mis en place. L’entreprenariat aussi est une niche à explorer par les jeunes pour ne pas dépendre de l’Etat" seulement, a relevé M. Diop. 
 
Il a été demandé aux jeunes de prendre des initiatives individuelles et prendre leur courage "à deux mains pour aller vers l’auto-emploi", a souligné le responsable régional de l’Agence Nationale pour la promotion de l’emploi des jeunes (ANPEJ).
 
"Par jour, on peut recevoir en moyenne 8 à 10 demandes d’emploi. Sur la base de données, nous avons à peu près 5000 demandes. Il y a 260 projets qui ont été financés d’un montant de plus de 292 millions de FCFA’’, a indiqué Abdoulaye Kâne, en charge des régions Diourbel et Fatick à l’ANPEJ.
 

FD/BK