Vélingara : la commune de Paroumba sollicite des infrastructures sociales de base
APS
SENEGAL-COLLECTIVITES-SOCIETE

Vélingara : la commune de Paroumba sollicite des infrastructures sociales de base

Dakar, 7 oct (APS) - Les populations de Paroumba, dans le département de Vélingara (sud), réclament des infrastructures devant faciliter l’accès de cette commune rurale à des services sociaux de base tels que l’eau, l’électricité et la santé.

Par la voix de Dansa Boiro, président du Conseil de la jeunesse de l’arrondissement de Pakour, Paroumba, commune frontalière des deux Guinée, réclame un accès à l’électricité et à l’eau potable.
 
Les populations locales sollicitent également des pouvoirs publics "des structures sanitaires adéquates et des routes praticables en toute saison pour son développement", a déclaré Dansa Boiro.
 
"Nous sollicitons une aide pour notre commune, peuplée de 16 000 habitants, répartis dans 33 villages non électrifiés qui peinent à évacuer nos malades vers des structures sanitaires plus appropriées fautes d’ambulance. Nous buvons encore l’eau de puits. Notre commune compte zéro centimètre de routes goudronnées, un réseau téléphonique défectueux. Tous nos problèmes ne peuvent être tous listés", a-t-il indiqué lors d’un entretien téléphonique avec l’APS.
 
M. Boiro, par ailleurs vice-président de l’Union pour le développement de Paroumba, s’expliquait sur les raisons de la marche organisée dimanche dernier dans sa commune pour réclamer des pouvoirs publics "une meilleure prise en compte" de leurs doléances, essentiellement liées au manque d’infrastructures sociales de base.
 
La marche, autorisée par le sous-préfet de Pakour et encadrée par les forces de l’ordre, a enregistré la participation de plusieurs personnes, essentiellement des jeunes et des femmes. 
 
"Les deux groupes électrogènes, installés dans la communes pour l’accès à l’énergie, ne sont pas du tout performants face à la forte demande et en plus, nous avons un sérieux problème de communication car le réseau pour nos téléphones aussi fait défaut", a indiqué le porte-parole des populations locales.
 
"Des poteaux électriques sont installés depuis des années mais jusque-là, nous attendons le courant dans notre commune qui compte un lycée, logé dans l’enceinte du Collège d’enseignement moyen (CEM), 21 écoles élémentaires, deux postes de santé et cinq cases de santé", a expliqué Dansa Boiro.
 
Deux pistes latéritiques d’une distance de 40 km relient la commune de Paroumba à la Route nationale numéro 6 qui va de Tambacounda à Ziguinchor en traversant les villes de Vélingara et de Kolda, relève-t-il.
 
"Nous n’avons pas d’infrastructures sanitaires adéquates, et nos malades graves, nous les évacuons vers Médina Gounass", une cité religieuse lointaine d’environ 30 km de santé de Vélingara, chef-lieu de département, a-t-il indiqué.
 
Selon lui, il faut débourser jusqu’à 20.000 francs CFA pour évacuer les malades graves de Paroumba vers ces deux localités, sans compter que pour trouver un véhicule, "c’est un autre problème et un parcours compliqué avec nos routes peu praticables, surtout en cette période d’hivernage".
 
M. Boiro déplore aussi que les populations de la commune de Paroumba "jusqu’à ce jour boivent l’eau de puits, faute de robinets et de forages", tout en saluant "la disponibilité et le sens de l’écoute" des autorités locales dont le sous-préfet de Pakour et le maire, dans la recherche de solutions à leurs préoccupations.
 
"Notre sous-préfet est très disponible, et il se soucie de notre bien-être. Notre maire aussi fait beaucoup d’efforts en ce sens. Les forces de sécurité également font un très bon travail. Nous travaillons en parfaite entente avec nos autorités". 
 
A l’entendre, la balle est dans le camp de l’Etat pour apporter des réponses à ces préoccupations. Il ajoute que si la commune de Paroumba sollicite l’aide des plus hautes autorités, c’est qu’elle a conscience de son appartenance au Sénégal, en dépit de sa position frontalière avec les deux Guinée.
 
Le maire Hading Kandé, joint lui aussi au téléphone, a fait part de sa "totale disponibilité" à tout mettre en œuvre pour trouver des solutions aux urgences que rencontrent les populations de sa commune.
 
"Je mesure nos difficultés et j’œuvre tous les jours pour trouver une solution à ces préoccupations, avec l’aide de nos autorités et des partenaires. Personnellement, j’ai mis à la disposition de la population, le véhicule de service de la mairie pour toute urgence, surtout les évacuations des malades", a-t-il dit.
 
Le maire de Paroumba a fait part de son engagement à porter auprès des autorités administratives locales et centrales les doléances des populations de sa commune, en vue de leur trouver des solutions.
 
"J’ai décidé de porter nos préoccupations et la parole des populations auprès de nos autorités administratives locales, mais aussi au niveau central ainsi que des partenaires techniques et financiers. C’est clair, nous serons écoutés et nos soucis trouveront des solutions", a assuré M. Kandé, ancien émigré en Espagne, rentré au bercail ces dernières années.
 
"Je suis rentré pour être proche des populations tout en utilisant mon expérience et mes relations en vue de mieux les servir", a ajouté le maire.

SG/BK/ASG