APS
SENEGAL-SOCIETE-POLITIQUE

"Etu Jamm" réclame l’ouverture d’un dialogue postélectoral

Dakar, 31 juil (APS) - La plateforme de veille des femmes pour la paix et la sécurité "Etu Jamm" a déploré, lundi à Dakar, la violence durant la période électorale et réclamé l’ouverture d’un dialogue postélectoral "immédiat" avec la mobilisation de tous les acteurs. 
 

La plateforme de veille des femmes pour la paix et sécurité est composée de plus de 50 organisations de femme de la société civile qui déroulent depuis 2012, une mission de veille, d’observation et de médiation.
 
Au cours de ces élections législatives, elle a animé une caravane qui a sillonné les 14 régions du pays, assuré la formation de 60 observatrices, 20 journalistes et 10 moniteurs déployés dans tout le Sénégal.
 
"Ce dispositif a permis de procéder au monitoring du processus électoral à temps réels sur l’ensemble du territoire, relever les zones, les types, les motifs et la nature des incidents", a dit la présidente nationale de la plateforme "Etu Jamm", Penda Seck Diouf, lors d’une conférence de presse.
 
Mme Diouf a salué l’organisation " à date échue des élections dans un climat globalement serein" ainsi que le taux de participation "acceptable" notamment celui des femmes, des jeunes et des aînés.
 
Toutefois, la plateforme, poursuit-elle, a déploré la détérioration du climat de paix que le Sénégal a toujours connu durant ses périodes électorales et le jour de l’élection occasionnant près de 70% de violences verbales et 30% de violences physiques.
 
Selon elle, cette situation est due à "l’absence d’inscriptions sur les listes électorales d’électeurs en possession de leurs cartes, l’inaccessibilité des cartes pour une partie importante des électeurs, le démarrage tardif du vote par endroit pour des raisons multiples, entre autres".
 
Afin d’éviter de pareilles situations pour les autres élections à venir, la plateforme demande l’ouverture d’un dialogue post-électoral immédiat au lendemain du scrutin avec la mobilisation de tous les acteurs y compris ceux de la société civile.
 
Pour la plateforme, il faut aussi garantir aux citoyennes et citoyens l’expression de leur droit au vote et la poursuite de la sensibilisation pour un meilleur comportement citoyen.
 
"La plateforme, (…), s’engage à continuer de façon permanente son travail afin de contribuer considérablement à endiguer toute situation susceptible d’altérer la paix", a-t-elle ajouté.

SK/ASB/OID