Insécurité alimentaire : appui financier alloué à 124 ménages de la région de Tambacounda
APS
SÉNÉGAL-SOCIÉTÉ

Insécurité alimentaire : appui financier alloué à 124 ménages de la région de Tambacounda

Tambacounda, 29 mai (APS) - Au total, 124 ménages des départements de Goudiry et Tambacounda, des localités de la région orientale du Sénégal, vont bénéficier d’un appui financier leur permettant pendant trois mois de faire face aux risques d’insécurité alimentaire, a appris l’APS.

Les bénéficiaires seront identifiés et choisis de manière participative par les communautés dans le cadre de la mise en œuvre du projet ECHO (Accroître la résilience des communautés vulnérables grâce à la planification communautaire et à l’institutionnalisation de la réduction des risques de catastrophes).
 
"Les ménages bénéficiaires choisis pour leur vulnérabilité seront accompagnés en termes de lutte contre la malnutrition sévère et chronique et l’insécurité alimentaire", a déclaré à l’APS Mouhamadou Lamarana Bâ, point focal du projet dans la région de Tambacounda.
 
Des appuis ponctuels d’au moins 15 000 FCFA seront mis à la disposition des familles, un montant susceptible de varier suivant la taille des ménages, selon M. Ba.
 
Le projet dont la première phase est en cours de mise en œuvre dans les régions de Louga et Tambacounda, permettra également aux bénéficiaires de disposer de l’appui des collectivités locales, afin de faire face aux aléas climatiques, a expliqué Mouhamadou Lamarana Bâ.
 
Dans ce cadre, le projet ECHO, avec l’appui des services techniques déconcentrés, envisage de mettre en place des plans d’actions communautaires de réponse aux principaux aléas identifiés, notamment les déficits pluviométriques et les feux de brousse.
 
Le point focal du projet dans la région de Tambacounda a ainsi souligné la nécessité d’inclure de nouveaux risques, en développant des modèles innovants pour protéger les groupes vulnérables contre les chocs récurrents.
 
Il a proposé des "modèles de réponse rapide", basés sur les systèmes d’alerte précoce qui devront être renforcés grâce à une meilleure coordination des interventions et la capitalisation des bonnes pratiques de la résilience face aux crises alimentaires.
 
 


SDI/AKS/BK