Un voilier suisse sur les traces de Magellan à Dakar
APS
SENEGAL-SUISSE-DECOUVERTE

Un voilier suisse sur les traces de Magellan à Dakar

Dakar, 2 avr (APS) - Le voilier suisse "Fleur de Passion", fait actuellement une escale de 12 jours au Sénégal, sur les traces du navigateur et explorateur portugais de l’époque des Grandes découvertes Ferdinand Magellan.

A Dakar depuis jeudi dernier, ce voilier long de 33 mètres effectue une expédition de cartographie océanique, un tour du monde démarré le 13 avril 2015 à Séville, en Espagne. 
 
Le but est de "mesurer l’impact humain sur les océans" afin de mieux "sensibiliser aux enjeux de développement durable", ont déclaré les membres de l’équipage, mardi au cours d’une conférence de presse à l’Arsenal de la marine.
 
Après un passage de plus de quatre semaines au Cap, en Afrique du Sud, l’escale de Dakar s’explique notamment la place du Sénégal en Afrique de l’Ouest et la logistique qu’offre le pays à l’équipage, a expliqué Samuel Gardaz, vice-président de la Fondation Pacifique, sponsor de cette expédition. 
 
"C’est aussi l’opportunité de partager cet esprit d’expédition, notamment la sensibilisation à l’environnement avec le grand public et surtout les jeunes", a-t-il dit.
 
Différentes activités sont au menu du séjour dakarois des membres de l’expédition, dont des visites du voilier à l’intention des écoliers, en vue de partager avec ces derniers l’esprit de cette aventure et les programmes scientifiques développés. 
 
Le voilier suisse, à travers cette expédition de cartographie océanique, veut contribuer à mieux comprendre l’impact humain sur la pollution plastique et sonore. 
 
"Assez tristement, l’impact humain sur les océans est très élevé. La pollution plastique est un problème à l’échelle mondiale, là on a pu le mesurer puisque depuis le départ de Séville en avril 2015, il y a à peu près 200 échantillons prélevés et plus de 90% contiennent des particules plastiques dans les dimensions mesurées", explique Samuel Gardaz.
 
Selon lui, l’Asie du Sud-est est la partie du monde la plus touchée par cette pollution plastique, avec une "moyenne record de 551g/kilomètre carré". 
 
Il fait état en revanche de "concentrations étonnamment basses" de méthane et de dioxyde de carbone à la surface de l’Atlantique Sud, des observations similaires ayant été faites dans l’Océan indien, pour le compte du programme "Winds of Change", un monitoring d’émissions de gaz à effet de serre.
 
Concernant le volet culture de cette expédition, 17 illustrateurs et dessinatrices ont été embarqués dans cette expédition, a-t-on indiqué.
 
Le voilier suisse part de Dakar le 8 avril pour le Cap-Vert, les Açores, la Galice puis le Portugal avant un retour à Séville le 6 septembre prochain. 
 
 


FKS/BK