Un délégué raconte l’histoire du marché
APS
SENEGAL-SOCIETE

Un délégué raconte l’histoire du marché "Sandika" de Pikine

Dakar, 17 jan (APS) - Le célèbre marché "Sandika" de Pikine, dans la banlieue de Dakar, a fait l’objet de plusieurs délocalisations dans son histoire avant d’occuper son site actuel, a indiqué mardi, le délégué général des commerçants dudit marché, Baye Laye Ndiaye.
 
Lors de l’inauguration, mardi dernier, du stade Alassane Djigo, le président Macky Sall avait promis de doter la ville de Pikine d’"un marché aux fruits moderne", en remplacement de l’actuel centre commercial de produits fruitiers communément appelé "Sandika".
 
 
Au lendemain de cette déclaration, le ministre de la Gouvernance locale, du Développement et de l’Aménagement, a demandé à la Direction générale de l’Agence d’exécution des travaux d’intérêt public (AGETIP) de se rendre sur les lieux pour faire la situation technique et proposer un concept de construction qui sera présenté au chef de l’Etat.
 
A son tour, Abdoulaye Diouf Sarr a effectué ce mardi une visite au marché +Sandika+.
 
Au terme de cette visite, le délégué général des commerçants est revenu sur l’histoire de ce célèbre marché fréquenté par les commerçants de la Gambie, du Mali, de la Guinée Bissau, de la Guinée Conakry, de la Côte d’Ivoire et du Burkina-Faso.
 
Baye Laye Ndiaye, appelé Baye Laye par ses collègues, a un magasin situé non loin du marché qui lui sert de bureau. A l’intérieur, plusieurs chaises ainsi que des bancs sont éparpillés un peu partout dans un petit espace.
 
Etendu sur une des nattes qui ornent le sol de son bureau, le vieux Baye Laye narre avec enthousiasme les nombreuses délocalisations du marché.
 
"Le marché Sandika était, autrefois, à Dufoncé [ex Crédit Foncier, à Dakar]. Dans cet endroit, il y avait les bureaux de grands syndicalistes à l’époque. Et c’est devant ces bureaux que des commerçants vendaient des paniers de mangues d’ici et d’ailleurs. C’est de là que vient le nom de marché Sandika en référence aux syndicalistes", a-t-il expliqué.
 
Après quelques secondes de silence, comme pour chercher une suite logique à son histoire, il raconte que ces vendeurs qui étaient à Dufoncé sont déplacés puis relogés sur le site actuel de la Grande mosquée de Dakar, qui était à l’époque un cimetière.
 
Poursuivant sa narration de manière limpide, malgré son âge avancé, le délégué général dit que c’est le président Léopold Sédar Senghor qui a décidé de délocaliser le marché. "Il a démoli le cimetière et construit la Grande mosquée avant de nous loger au marché de Colobane de 1962 à 1974", a-t-il relaté.
 
Se redressant de sa natte où il était couché à moitié, il rappelle avec précision que c’est le gouverneur Thierno Birahim Ndao qui, le 29 février 1976, aménagea un site pour les commerçants à Angle mousse. 
 
"Nous sommes restés là-bas un certain temps, puis ils nous ont encore délocalisé sur ce site où nous sommes, aujourd’hui", a-t-il dit.
 
L’air nostalgique, le vieux Baye Laye indique "qu’à cet époque, il y avait un autre gouverneur du nom de Malick Bâ qui leur avait montré deux sites, un à Yarakh (quartier de Dakar), au bord de la mer et un autre qui abrite, aujourd’hui, le marché aux poissons et nous a demandé de choisir".

"En ce temps, le site du marché aux poissons était une forêt et on ne pouvait pas nous y installer ni d’ailleurs, au bord de la mer. Finalement, il nous a installé ici, à Pikine qui était à l’époque un lac", a-t-il rappelé.
 
"Nous sommes restés jusqu’à ce que l’eau tarisse et, aujourd’hui, tout ce que nous souhaitons, c’est qu’on nous construise un marché moderne", a-t-il plaidé, ajoutant que "beaucoup de prometteurs sont venus pour le reconstruire, mais c’était pour ensuite [nous ] vendre [les cantines]".
 
Il a salué l’annonce du chef de l’Etat de construire un marché moderne avec ses propres moyens. "Des architectes, des géomètres ont aussitôt fait le déplacement après l’annonce du président, nous prions que cela devienne une réalité", a-t-il ajouté, très confiant.

SK/ASB/ASG