Un hydraulicien liste les principales causes des inondations à Dakar
APS
SENEGAL-ENVIRONNEMENT

Un hydraulicien liste les principales causes des inondations à Dakar

Dakar, 12 nov (APS) - L’ingénieur en génie civil et hydraulicien Serigne Touré a listé, jeudi, les principales causes des inondations à Dakar, insistant notamment sur la multitude des intervenants, l’urbanisation, l’habitat et les questions d’aménagement. 
 
‘’Les causes sont variées et nombreuses. D’abord, on a une multitude d’intervenants. Nous avons aussi l’urbanisation, l’habitat et les questions d’aménagement qui favorisent ce phénomène dans beaucoup de quartiers de Dakar’’, a dit M. Touré. 
 
Selon lui, une pluie à elle seule ne peut pas causer des inondations, comme on le voit chaque année. 
 
L’ingénieur en génie civil et hydraulicien intervenait à la troisième édition du forum local multi-acteurs sur la gouvernance environnementale de Dakar, à l’initiative de l’Institut Panos. 
 
Serigne Touré a cité l’exemple des Parcelles Assainies de Keur Massar où, selon lui, ‘’on ne fait pas le terrassement comme il faut, ce qui fait que l’eau a du mal à être évacuée’’. 
 
De plus, il indique que l’imperméabilisation à outrance des surfaces liée à l’urbanisation est un élément qui peut causer des inondations. ‘’Aujourd’hui, plus personne n’a envie d’avoir du sable chez lui. Toutes les maisons sont presque carrelées’’, déplore l’expert. 
 
‘’Pourtant, dans plusieurs pays, la redevance en assainissement est payée au prorata de la surface qui n’est pas carrelée. Alors qu’au Sénégal, rare sont ceux qui laissent une petite portion de sol dans leurs maisons’’, a relevé M. Touré. 
 
Il soutient que le fait de mettre des carreaux partout fait passer le taux de ruissellement d’une valeur faible à une autre plus grande. 
 
Aussi fustige-t-il le manque de civisme de certaines populations par rapport à l’entretien de canaux. 
 
‘’Il n’est pas rare de voir des choses extraordinaires qui sont jetées dans les canaux et qui annulent et réduisent la capacité de ces infrastructures à faire passer les eaux de pluie. Il y a également un retard très important dans la prise en charge et le drainage des infrastructures routières et urbaines’’, a déclaré M. Touré.

AT/MD/ASG