Un ancien journaliste tente de percer ’’le mystère de la lumière muhammadienne’’
APS
SENEGAL-RELIGION-PUBLICATION

Un ancien journaliste tente de percer ’’le mystère de la lumière muhammadienne’’

Dakar, 30 jan (APS) - L’ancien journaliste Malal Ndiaye vient de publier un livre dont la grande ambition est de contribuer à percer "le mystère de la lumière originelle muhammadienne", en référence au prophète Mohammed (PSL).

Intitulé "L’autre prophète Muhammad", cet ouvrage de 80 pages a été publié aux éditions Afrique Challenge.

Il est le septième livre de l’auteur, un ancien journaliste au quotidien national Le Soleil qui fut également correspondant permanent de la radio panafricaine Africa numéro 1 au Sénégal.
 
"Il ne s’agit pas de l’homme biologique, mais un des 124.000 reflets corporisés, qui est ’né’ à La Mecque et ’enterré’ à Médine", a-t-il expliqué dans un entretien avec l’APS. 

"Le ’natif’ de La Mecque ’enterré’ à Médine n’est donc qu’un des 124.000 reflets corporisés (dhàts, en arabe) dont le Créateur sublime a doté Ses élus, prophètes et grands saints, chacun selon son rang dans la hiérarchie spirituelle", explique-t-on dans la quatrième de couverture de l’ouvrage.

"Dieu nous dit dans un hadith saint que c’est lui qui a créé la lumière de Muhammad et que c’est à partir de la lumière de Muhammad que tout l’univers a été créé. C’est un hadith qui est très connu", rappelle l’auteur. 

A partir de là, "Dieu a dit : ’pour les besoins de la création, j’ai divisé la lumière originelle muhammadienne en 16 parties’. Ce sont des divisions par quatre. C’est avec les 15 parties que Dieu a créé Tout ce qui existe". 

Selon Malal Ndiaye, personne ne sait "ce qu’est devenue la toute dernière partie (seizième) qui, elle, n’a fait l’objet d’aucune division et qui est restée le mystère absolu". 

"C’est ce mystère-là, cette seizième partie qui fait l’objet de ce livre-là sur base de ce que le prophète nous a appris, de nos lectures et de nos entretiens avec des grands hommes de ce pays et d’ailleurs", a-t-il souligné. 

"C’est cette seizième partie-là qu’on appelle l’autre prophète qui a été prophète et qui était prophète avant même qu’Adan ne soit entre l’argile et l’eau", a-t-il insisté.

Il ajoute : ’’Il s’agit-là de cette seizième partie qui n’a été envoyée nulle part parce qu’il est dit quelque part qu’aucune terre n’est en mesure de la supporter".

L’auteur dit avoir appris dans les livres des grands soufis de l’époque, que "chaque individu en fonction de sa place dans la hiérarchie spirituelle dispose d’un certain nombre de corps lumineux (dhàts). Plus la personne est haut placée dans la hiérarchie, plus elle compte de corps lumineux". 

"On dit du prophète Muhammad qu’il compte 124.000 corps lumineux et cela correspond au nombre de prophètes de l’humanité. Cent vingt-quatre mille prophètes ont été suscités par Dieu", dont "certains ont reçu des messages, ce sont les envoyés", a-t-il fait savoir. 

Ndiaye ajoute que "d’autres n’ont pas reçu de messages mais ils avaient le grade de prophètes non envoyés".

Donc, a-t-il insisté, "le prophète Muhammad a eu 124000 corps lumineux dont l’un de ces corps est ’né’ à la Mecque et ’enterré’ à Médine". 

Par rapport aux nombreuses publications sur le prophète, l’auteur de "L’autre prophète Muhammad" a soutenu que son livre apporte "un autre regard modestement", soulignant que "le prophète est une sorte d’océan sans rivage". 

"Il y a toujours quelque chose de nouveau à dire sur le prophète. A chaque fois qu’on lit quelque chose sur le prophète, on a une sensation nouvelle, des sentiments nouveaux. C’est quelque chose d’inexplicable", a-t-il dit, ajoutant que "personne ne peut épuiser ce sujet-là". 

Malal Ndiaye, journaliste au quotidien Le Soleil dans les années 1970, a été aussi correspondant permanent de la radio panafricaine Africa N° 1 dans les années 1990. 

Après la fin de son contrat avec cette radio basée à Libreville, il avait servi dans les cabinets ministériels (Intérieur, Tourisme) comme chargé de communication.

Descendant par sa grand-mère paternelle de Thierno Alioune Ndongo dit Alpha Aly, l’auteur considère que "l’islam spirituel est la Voie royale pour atteindre les hauteurs". 
 
Alpha Aly Ndongo était mouqaddam tidiane et proche compagnon de Cheikhou Oumar pendant son djihad, a-t-il expliqué, soulignant qu’il ne pouvait être "autre chose" que "spirituel". 
 
ASB/BK