A Thiès, l’imam Bachir Diallo recommande la crainte de Dieu aux fidèles
APS
SENEGAL-CULTES-TABASKI-SERMON

A Thiès, l’imam Bachir Diallo recommande la crainte de Dieu aux fidèles

Thiès, 22 août (APS) - L’imam Bachir Diallo, de la mosquée de la cité Ballabé, à Thiès (ouest), a recommandé mercredi aux fidèles de craindre leur Seigneur et à éviter ‘’les ruses de Satan’’.
 

‘’Allah n’est intéressé (…) que par votre crainte envers Lui’’, a-t-il dit, citant une recommandation du prophète Mohamed (PSL) et exhortant les fidèles à veiller à la ‘’sincérité’’ de leurs intentions dans l’accomplissement des actes cultuels.


L’imam Bachir Diallo a dirigé la prière de l’Aïd El-Kébir à la mosquée de la cité Ballabé, en remplacement de Malick Mbaye, actuellement alité.
 
Il a exhorté les fidèles à accomplir de ‘’bonnes actions‘’ et à s’abstenir du mal. ‘’Evitez les plaisirs et les ruses de Satan’’, leur a recommandé le guide religieux, ajoutant que Dieu n’agrée que les œuvres des personnes qui éprouvent de la crainte envers Lui.
 
‘’En vérité, Allah ne prête attention ni à votre forme, ni à la couleur de votre peau. Mais Il surveille vos cœurs et vos actions’’, a-t-il encore dit aux fidèles. 
 
‘’Pensez au jour où vous vous séparerez de vos amis et de vos ennemis et où on vous recouvrira de terre. Seules les bonnes œuvres seront utiles et seules les mauvaises actions nuiront à l’homme’’, enseigne Bachir Diallo.

Parlant de la fête de l’Aïd El-Kébir, il a rappelé qu’‘’il s’agit d’une pratique du prophète Ibrahim‘’, ‘’une sounna’’ par laquelle le croyant se rapproche de son Seigneur.
 
L’imam Bachir Diallo a rappelé les qualités exigées de la bête à sacrifier le jour de la fête de l’Aïd El-Kébir, rappelant qu’il peut s’agir d’un chameau, d’un bœuf, d’un bouc ou d’un mouton. ‘’Le propriétaire de l’animal doit l’immoler lui-même de préférence, ou au besoin déléguer la tâche à une personne de confiance, tout en étant présent’’, a-t-il expliqué.

‘’Rien de cette viande ne doit être vendu’’, a poursuivi le guide religieux, tout en précisant qu’il est recommandé de donner une partie de la viande en cadeau ou en faire l’aumône aux nécessiteux.

Il a prié pour que le sacrifice du mouton soit agréé par Dieu, pour la guérison des malades également.

ADI/ESF