Tambacounda : un forum planche sur l’émigration clandestine et l’emploi des jeunes
APS
SENEGAL-SOCIETE-MIGRATIONS

Tambacounda : un forum planche sur l’émigration clandestine et l’emploi des jeunes

Tambacounda, 6 mars (APS) - Un forum sur l’émigration clandestine et l’emploi des jeunes s’est tenu mardi à Tambacounda, dans le but d’informer les jeunes des opportunités de formation, d’emploi et d’auto-emploi qu’ils peuvent saisir, à travers le dispositif mis en place par l’Etat du Sénégal, quel que soit leur profil.

Initiée par le conseil régional de la jeunesse de Tambacounda, cette rencontre appuyée par la Fondation Konrad Adenauer, a regroupé une centaine de jeunes dont des étudiants de centres de formation, des responsables d’associations de jeunesse, entre autres. 
 
Plusieurs structures intervenant dans l’emploi, parmi lesquelles l’Agence nationale pour la promotion de l’emploi des jeunes (ANPEJ) et l’inspection du travail de Tambacounda, avaient à cette occasion fait des communications pour édifier les jeunes sur les perspectives d’emploi.
 
"Il y a pas mal d’opportunités qui existent, mais les jeunes n’ont pas l’information" adéquate, a d’emblée relevé le président du conseil régional de la jeunesse Tidiane Diallo. 
 
Il a cité, au nombre des structures qui accompagnent les jeunes dans la recherche d’emploi, le Fonds d’entreprenariat rapide, l’ANPEJ, à propos desquels, "la communication manque", selon lui.
 
La formation école-entreprise est aussi une autre opportunité offerte aux jeunes, en ce qu’elle contribue aux salaires payés par les entreprises qui acceptent de recruter les primo-demandeurs.
 
Quelque 858 contrats ont été signés dans la région au cours de l’année 2017, a indiqué l’inspecteur du travail Malick Ndour, précisant que 664 de ces contrats, soit 77% du total, étaient des CDD et 131 des CDI, soit 15,3%. 
 
Les ONG ont une part importante dans ces recrutements, avec 25% de ces contrats, a-t-il observé, avant d’ajouter que sur la centaine de demandes d’emplois reçues par ses services, rares sont les postulants disposant d’un diplôme. Le profil de chauffeur est le plus fréquent, a-t-il noté. D’où l’importance d’insister sur la formation.
 
L’inspecteur du travail a évoqué un certain nombre de projets en cours dans la région, qui peuvent selon lui offrir des emplois aux jeunes. 
 
La construction du marché aux poissons de Tambacounda, le marché à bétail d’Altou Fass, la route Tambacounda-Bakel, le bassin de rétention de Dougué, le projet de centrale photovoltaïque et le Promovilles en font selon lui partie.
 
La responsable de l’antenne de l’ANPEJ, Ndèye Mbeugou Kâ, a pointé l’impatience de certains jeunes qui "se découragent rapidement", après avoir soumis leur demande. Ils laissent souvent leurs coordonnées, mais ne sont plus joignables, pour le suivi, au bout d’un certain temps, a-t-elle déploré.
 
Selon le gouverneur qui présidait la cérémonie d’ouverture du forum, beaucoup de politiques d’emplois des jeunes, mises en œuvre par le passé, n’ont pas obtenu les résultats escomptés, parce que l’accent n’a pas été mis sur la formation et la capacitation.
 
Le gouvernement actuel a voulu rectifier cela en donnant "une bonne place" à la formation couplée au financement, a indiqué Bouya Amar, ajoutant que parallèlement à l’emploi formel, l’accent a été également mis sur l’entreprenariat rural. 
 
Pour M. Amar, l’engagement de l’Etat qui va jusqu’à créer des fermes villageoises, n’est plus à démontrer dans ce domaine, les jeunes devant aussi faire preuve d’engagement.
 
A en croire le gouverneur de Tambacounda, "l’emploi est une question de volontariat", car au-delà du diplôme et de la qualification, il va falloir faire des efforts, pour créer son propre business ou décrocher un emploi.
 
Les jeunes ont l’avantage d’être dans une région propice à l’agriculture et à l’élevage, une région bien arrosée, la plus vaste du pays, avec un relief plat et une des densités les plus faibles du pays, a-t-il fait valoir.
 
Il a invité les participants à rédiger un document de base au terme de ce forum, une contribution pouvant être utilisée par l’autorité. 
 

ADI/BK