Tambacounda : l’‘’argumentaire islamique’’ pour inciter à l’espacement des naissances
APS
SENEGAL-SANTE

Tambacounda : l’‘’argumentaire islamique’’ pour inciter à l’espacement des naissances

Tambacounda, 2 mars (APS) – Le Cadre des religieux pour la santé et le développement (CRSD) a déroulé, lundi, à Tambacounda (est), une campagne de sensibilisation, à l’aide de l’‘’argumentaire islamique’’, sur l’importance de la planification familiale dans la lutte contre la mortalité maternelle et infantile.
 
Lors d’un atelier organisé dans cette ville, le CRSD, une organisation non gouvernementale, a tenu à démontrer l’importance de l’espacement des naissances dans la prévention de la mortalité maternelle et infantile.
 
Ses responsables ont profité de l’atelier pour encourager hommes et femmes à recourir à la planification familiale pour améliorer la santé maternelle et infantile.
 
L’atelier a permis aux islamologues d’encourager les ‘’badjénou gokh’’ (prestataires de services de santé) de la région de Tambacounda à faire appel à l’islam pour amener les hommes et les femmes mariés à recourir à la planification familiale.
 
‘’Notre objectif est d’inciter les leaders religieux à répandre des informations précises, concernant la santé de la reproduction et la planification familiale, y compris l’espacement des naissances’’, a dit le responsable de la communication du CRSD, Hady Niasse.
 
Selon M. Niasse, les professionnels de la santé doivent faire comprendre aux femmes enceintes ou allaitantes les méthodes de contraception pouvant les aider à espacer les naissances, sans s’exposer à un quelconque risque sanitaire.
 
La planification familiale contribue à la bonne santé de la mère et de l’enfant, à l’équilibre économique et social des familles, selon la coordonnatrice du CRSD au district sanitaire de Tambacounda, Bamoussa Soumaré Danfakha. 
 
‘’Malgré les efforts fournis, il existe toujours des poches de résistance contre la pratique de la planification familiale’’, a-t-elle constaté, se basant sur l’islam pour dénoncer le rejet de l’espacement des naissances dans certaines communautés.

SDI/ESF