Sensibilisation contre l’excision : acteurs et journalistes en tournée à Matam
APS
SENEGAL-SOCIETE

Sensibilisation contre l’excision : acteurs et journalistes en tournée à Matam

Matam, 5 sept (APS) - L’ONG Tostan, en collaboration avec le projet Orchid, a organisé une tournée à l’intention de journalistes basés à Matam (nord), en vue de permettre à ces reporters de s’entretenir avec des personnes capables d’expliquer leur adhésion et leur prise de décision pour le changement de normes sociales favorables à l’abandon de l’excision, a constaté l’APS.

"Le message que je lance pour une éradication totale de l’excision est un message de mobilisation pour poursuivre la sensibilisation, les échanges avec les différentes couches de la population", a dit Ahmadine Diop, adjoint au sous-préfet d’Agnam Civol, au cours de cette tournée organisée mardi. 
 
L’autorité administrative se dit convaincue de l’adhésion des populations à l’abandon de l’excision. "Il y a certaines qui ne veulent pas s’exprimer publiquement mais nous savons qu’il y a une nette régression de cette pratique", a-t-il indiqué. 
 
Aussi, M. Diop a-t-il plaidé pour une poursuite des efforts de sensibilisation "en rapport avec les populations, les services de l’Etat, les collectivités territoriales et toutes les bonnes volontés pour qu’on arrive à zéro cas d’excision au niveau de l’arrondissement". 
 
Haby Ndiaye, première adjointe au maire d’Oréfondé, reconnait que la tâche n’est pas aisée, rappelant que l’excision est une pratique ancienne prévalant dans la zone depuis longtemps. 
 
"Eradiquer totalement l’excision n’est pas facile, mais les populations, grâce au travail abattu par Tostan et le projet Ochid, ont compris les méfaits qu’elle engendre. Des résultats probants et encourageants ont été obtenus et si on continue sur cette lancée, son éradication sera totale", a-t-elle déclaré. 
 
Aliou Lao Ndiaye, représentant le chef de village de Oréfondé, a fait état d’un "grand soulagement" des populations, "parce qu’il n’y a plus cette pratique dans ce village car les exciseuses ont peur d’être dénoncées". 
 
"Surtout, la déclaration d’abandon de l’excision du mois de mai prouve que cette pratique est abandonnée à cent pour cent et ceci grâce à Tostan et le projet Orchid", a ajouté M. Ndiaye. 
 
"Depuis que le poste de santé de Oréfondé travaille avec Tostan, il n’a pas reçu de fille excisée, donc on peut dire que le travail qui a été fait par Tostan a porté ses fruits et là, nous touchons du bois", a dit Mamadou Aw, chef du poste de santé d’Oréfondé. 
 
Le chef religieux Thierno Yaya Diacko, recevant la délégation, a expliqué que l’excision n’est pas une obligation divine ni une prescription de la Souna (pratique validée par le prophète Mohamed, PSL). 
 
Le guide religieux a précisé que l’excision "n’est qu’une tradition".
 
 

ADS/MD/BK