Fatick lance son schéma d’implantation d’infrastructures frontalières
APS
SENEGAL-SOCIETE-SECURITE

Fatick lance son schéma d’implantation d’infrastructures frontalières

Toubacouta (Fatick), 19 juil (APS) - L’adjoint au gouverneur de Fatick chargé du développement, Alioune Badara Mbengue, a procédé au lancement du schéma d’implantation d’infrastructures dans les zones frontalières de la région de Fatick (ouest), lundi, à Toubacouta 
 
"Les pays n’ont plus le droit de laisser leurs frontières poreuses", a déclaré l’adjoint au gouverneur de Fatick, relevant l’importance de la sécurisation des axes frontaliers à travers la mutualisation des interventions. 
 
"Les frontières sont les parties plus ou moins oubliées et où les gens vivent dans l’enclavement", sans compter que "l’accès aux infrastructures sociales de base et d’infrastructures économiques n’est pas très satisfaisant", a indiqué le directeur de l’Agence régionale de développement (ARD), Djidiack Faye. 
 
Il a rappelé le lancement du Programme d’urgence pour la modernisation des axes frontaliers (PUMA) par le président de la République, Macky Sall, un instrument qui devrait, à partir des territoires, élaborer ce document portant sur des schémas d’implantation d’infrastructures devant alimenter le document national.
 
Selon M. Faye, la région de Fatick dispose d’une "configuration géographique particulière avec une grande partie maritime qui est entre la frontière gambienne et sénégalaise". D’où la nécessité de "faciliter le déplacement des populations". 
 
Ces schémas d’implantation "permettront de régler de façon définitive le problème de l’enclavement mais aussi l’accès aux infrastructures de base (école, santé) et les infrastructures économiques telles que les routes", a-t-il indiqué. 
 
Cette cérémonie de lancement a été l’occasion de partager le contenu desdits schémas qui concerne la question de sécurité frontalière et la question du désenclavement et du développement durable’, a relevé le directeur de l’ARD. 
 
Elle a aussi permis d’assurer "l’aspect communication et information de l’ensemble des acteurs concernés pour que dans l’élaboration, l’aspect participatif soit assuré", a souligné Djidiack Faye. 
 
Le document sera finalisé le 15 août prochain. Après ce lancement, "il y aura des ateliers techniques de diagnostic des zones frontalières de la région", a-t-il annoncé. 
 
"Ce diagnostic, une fois validé par les populations, servira de base pour élaborer un plan d’action qui va identifier l’ensemble des infrastructures pertinentes et prioritaires à installer sur toute la zone frontalière", a fait savoir M. Faye.
 
FD/BK