Migration irrégulière : Pape Sagna Mbaye prône des
APS
SENEGAL-MIGRATION-ASSEMBLEE

Migration irrégulière : Pape Sagna Mbaye prône des "solutions nouvelles’’

Saint-Louis, 2 août (APS) - Le président de la Commission des affaires étrangères, de l’Union africaine et des Sénégalais de l’extérieur, de l’Assemblée nationale, Pape Sagna Mbaye, a plaidé jeudi pour des ‘’solutions nouvelles’’ pour mettre un terme à l’émigration irrégulière.  
 
Face aux attentes des jeunes qui aspirent à des conditions de vie et d’emploi meilleures, des alternatives s’imposent pour des ‘’solutions nouvelles’’ en vue de ‘’réduire et d’éliminer l’émigration irrégulière’’, a dit le député. 
  
M. Mbaye et des membres de cette commission séjournent à Saint-Louis depuis lundi pour une visite d’informations et de contrôle des politiques publiques sur la problématique de la migration irrégulière dans la commune. 
 
Ils se sont ainsi rendus sur les zones de départ, Ndiébène Gandiol et Guet Ndar. Il s’est agi pour eux d’échanger et de discuter avec les populations sur des solutions alternatives devant permettre de mettre un terme à l’émigration irrégulière des jeunes. 
 
Cette visite, initiée en partenariat avec la Fondation Konrad Adenauer (FKA) et en relation avec la Commission des lois, de la décentralisation, du travail et des droits humains de l’Assemblée nationale, a noté la présence de plusieurs parlementaires et de représentant de la Fondation.
 
Ce jeudi, ils ont pris part à un forum sur les défis liés à la migration irrégulière au Sénégal.
 
Selon le député Pape Sagna Mbaye, l’Assemblée nationale, à travers le forum de Saint-Louis, a voulu trouver un cadre d’échanges, d’information et partage avec les populations de Ndiébène Gandiol, de Guet Ndar et de la Langue de Barbarie, de manière à ainsi recueillir leurs préoccupations face à ce phénomène.
 
Dans sa présentation, l’expert Babacar Ndione a révélé que ‘’la diaspora sénégalaise est estimée à plus de 533.000 individus en 2013’’. Concernant les régions d’origine des migrants, il a indiqué que ‘’Dakar enregistre 30%, Matam 14%, Saint-Louis 10%, Diourbel 9% et Thiès 9%’’. 
 
Mais, il précise que toutes les régions du pays sont ‘’concernées par l’émigration irrégulière, avec une jeunesse urbaine confrontée aux problèmes de chômage, de sous-emploi, de pauvreté et de manque de perspectives’’.
 
Selon lui, l’émigration irrégulière ‘’s’est accentuée’’ avec le ‘’durcissement des politiques de fermeture des frontières des grands pays d’accueil’’, particulièrement l’Europe, ‘’la limitation du nombre de visas et les mesures de restriction sur le regroupement familial, etc’’.
 
L’expert, dans sa présentation, a indiqué ‘’l’urgence de relever les défis liés à la difficulté de démanteler les réseaux de passeurs et de trafiquants’’, mais aussi ‘’d’identifier les routes du trafic qui se multiplient et se ramifient pour constituer des itinéraires de plus en plus complexes pour freiner cette émigration irrégulière’’. 
 
Les députés se sont également engagés à faire des ‘’plaidoyer’’ auprès des pouvoirs publics afin que des ‘’solutions idoines soient trouvées, en créant des conditions alternatives’’, avec ‘’la mise en place de projets agricoles, de projets en pisciculture, pour les pêcheurs de la Langue de Barbarie et de Ndiébène Gandiol’’.
 
Ils ont également jugé nécessaires la mise en place de ‘’programmes pour la désalinisation’’ des terres du Gandiol, ‘’la construction de chambres froides dans ces zones pour permettre aux populations de mieux conserver leurs produits halieutiques et fixer les jeunes dans leur terroir’’.

BD/ASG/OID