Plaidoyer pour une prise en compte des enfants vulnérables dans le plan de relance
APS
SENGAL-SOCIETE-ECONOMIE

Plaidoyer pour une prise en compte des enfants vulnérables dans le plan de relance

Dakar, 6 nov (APS) - L’ UNICEF et l’ONG Save the Children ont lancé, vendredi, une note conjointe d’analyse de ’’l’impact de la crise de la Covid-19 sur les enfants au Sénégal’’ afin de contribuer aux réflexions et actions sur une relance socio-économique intégrant les besoins des enfants les plus vulnérables, de leurs familles et de leurs communautés, a constaté l’APS. 
 
Dans ce document présenté lors d’une conférence de presse, l’UNICEF et Save the Children préconisent ’’une série de mesures adaptées visant les enfants les plus vulnérables’’.
 
Il s’agit de ’’l’augmentation des budgets des secteurs sociaux afin de se rapprocher des normes internationales, particulièrement ceux du secteur de la Santé pour atteindre les 15% fixée par la déclaration d’Abuja et de la Protection de l’enfant jusqu’au 3% fixée par la CEDEAO ainsi que le renforcement de la continuité des services de santé pour éviter de mettre en danger les progrès enregistrés’’, indique le texte. 
 
A cela s’ajoutent ’’un soutien pédagogique renforcé pour les enfants, en particulier les filles, qui n’ont pas pu bénéficier des dispositifs d’apprentissage à distance, la mise en place d’actions concrètes et définitive pour mettre fin à l’exploitation et à la mendicité forcée des enfants, ainsi qu’une plus grande allocation de ressources au secteur de la protection de l’enfant (...)’’.
 
’’L’impact de la Covid-19 constitue une réelle menace sur les progrès réalisés au Sénégal en faveur des droits des enfants’’, a déclaré la représentante de l’UNICEF au Sénégal, Silvia Danailov. 
 
Toutefois, elle a salué ’’les efforts de l’Etat du Sénégal et de tous les acteurs œuvrant pour l’assistance des enfants les plus vulnérables’’.

Mme Silvia Danailov espére que leurs analyses et initiatives ’’pourront contribuer à soutenir la mise en œuvre des actions déjà identifiées dans le cadre du plan d’actions prioritaires (PAP2)’’. 
 
’’La perturbation du mode de vie, la perte de revenus et la fermeture des écoles ont des répercussions qui risquent de ramener en arrière les progrès réalisés depuis plusieurs années, surtout pour les filles’’ a souligné le directeur de l’ONG Save the Children au Sénégal, Kenneth Rhodes. 
 
Selon lui, ’’il est évident que personne ne dispose de toutes les réponses pour la gestion de cette crise mondiale et de ses conséquences’’.
 
Il estime qu’il faut ’’concilier relance économique et développement social’’. 

DS/OID