La tutelle d’accord avec les acteurs pour assainir la presse
APS
SENEGAL-MEDIAS-REFORMES

La tutelle d’accord avec les acteurs pour assainir la presse

Dakar, 3 mai (APS) - Le directeur de la communication, Ousseynou Dieng a réaffirmé, lundi, la volonté des pouvoirs publics, d’assainir les médias en collaboration avec les acteurs du secteur à travers la Carte nationale de presse, un document numérisé et sécurisé.
 
"Nous nous sommes mis avec les acteurs pour assainir le secteur. D’abord à travers la carte de presse qui est numérisée et sécurisée, personne ne peut pas tricher’’, a-t-il déclaré à l’occasion du sit-in organisé devant le ministère de la Culture et de la Communication à l’occasion de la journée internationale de la presse.
 
"Il y a aussi l’assainissement des écoles de formation en journalisme. Les nouvelles technologies ont accéléré les dérives que nous constatons aujourd’hui", a soutenu M. Dieng devant plusieurs responsables de la presse.

Pour la mise en œuvre des textes, il a relevé que ’’parmi les acteurs des médias, il y en a qui n’ont même pas désigné leur représentant au sein du comité de gestion chargé du fond d’appui et de développement de la presse qui va définitivement remplacer l’aide à la presse", a-t-il dit, soulignant que la tutelle a "engagé pratiquement une quinzaine de réformes". 
 
Selon lui, "le ministre de la communication n’a pas attendu la journée du 03 mai pour recevoir (les) doléances. L’heure n’est plus à un discours mais aux actes. Aujourd’hui, la presse est à l’image de tous les secteurs, nous vivons un contexte extrêmement difficile partout à travers le monde"
 
Revenant sur la cartographie du paysage médiatique au Sénégal, M. Dieng a souligné que "nous avons 19 chaînes de télévision dont 17 privées où tous les soirs les gens s’expriment librement, 200 sites d’informations qui sont créés à la pelle, 350 radios et 24 organes quotidiens et informations. En réalité, nous avons un secteur qui a ouvert ses portes à tout le monde".
 
"La presse est considérée comme un pilier fondamental dans la consolidation de la démocratie à travers le pluralisme de l’information. Nul ne peut douter aujourd’hui de la question de la liberté de la presse au Sénégal même si par ailleurs par moment on peut constater quelques dysfonctionnements", a dit le directeur de la communication. 
 
SKS/ASB/OID